Regions

15 millions d’euros supplémentaires pour aider les petites entreprises de Bruxelles

© BELGA PHOTO JOHN THYS

Le gouvernement bruxellois a décidé d’octroyer des moyens financiers additionnels à Brusoc, filiale de finance&invest.brussels, afin de soutenir les petites entreprises, sous la forme d’une recapitalisation de 15 millions d’euros.

Selon la secrétaire d’Etat à la Transition économique Barbara Trachte (Ecolo) qui en a fait l’annonce, vendredi, l’objectif prioritaire de l’opération est de soutenir, via des prêts, les petites entreprises (– de 10 ETP) existant avant la crise du Covid-19, dont l’activité a été structurellement impactée, directement ou indirectement, dans une optique de relance de l’économie bruxelloise. Brusoc a déjà joué un rôle clé dans le financement des petites entreprises pendant la crise au travers des prêts RECOVER et OXYGEN qui ont largement été mobilisés.

Les interventions de Brusoc pourront par ailleurs être réalisées auprès d’entreprises (de maximum 10 ETP) ayant opté pour une Procédure de Réorganisation Judiciaire (PRJ) à la suite de la crise sanitaire et présentant des perspectives de redémarrage crédibles.

Cette opération se fait sous la forme d’une recapitalisation de Brusoc. Il s’agit donc de moyens structurels mis à disposition de Brusoc qui permettront le financement des TPE à court, moyen et long terme. Ces moyens viennent renforcer encore un peu plus les outils de financement disponibles en Région de Bruxelles-Capitale et s’inscrivent dans une logique de complémentarité avec le fond de solvabilité et de relance "Boosting. brussels", en cours de création. Ce dernier, doté de 80 millions, sera géré par finance&invest.brussels et permettra de soutenir les plus grandes entreprises.

Il est à noter que des critères d’investissement clairs seront définis. Ces derniers excluront les secteurs nocifs et veilleront à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux des entreprises.

A la suite de la recapitalisation de Brusoc, la Région qui est aujourd’hui actionnaire à 26%, pour 74% à finance&invest.brussels, verrait son pourcentage de parts passer à 43%, pour 57% à finance&invest.brussels.

"Grâce à cette recapitalisation de Brusoc, la Région bruxelloise poursuit le travail de professionnalisation de ses outils économiques. Ces nouveaux moyens doivent soutenir les petites entreprises dans le cadre de la crise, mais s’inscrivent également dans une logique de redéploiement à plus long terme de l’économie réelle bruxelloise", a commenté Barbara Trachte.

 

Articles recommandés pour vous