Regions

223.000 euros d’astreintes pour avoir refusé d'effacer des propos calomnieux sur Facebook envers Pairi Daiza

Un militant de la cause anti-zoo prétendait sur Facebook que des animaux mourraient de faim dans le parc de Brugelette (illustration).

© Belga

22 nov. 2021 à 10:49Temps de lecture1 min
Par La rédaction hennuyère

Un habitant d'Aywaille s’est en effet vu condamné au civil à payer 223.000 euros d'astreintes. Ce militant de la cause anti-zoo, président de Wolf Eyes, était poursuivi pour avoir notamment prétendu sur sa page Facebook qu'un animal était mort de faim dans le parc de Brugelette. Ce que le parc a catégoriquement démenti, explications à l'appui.

Face à son refus de retirer et stopper ses publications, le tribunal lui impose aujourd’hui de payer une coquette somme d’astreintes judiciaires. Un huissier lui a d'ailleurs rendu visite récemment pour lui remettre l'exécution du jugement du tribunal civil de Liège.

Selon nos confrères de Nord-Eclair qui donnent l'info ce lundi, le courrier  indique également que, faute de paiement, l'homme risque de se voir contraint à payer "par toutes les voies de droit", en passant notamment par "la saisie-exécution mobilière de ses biens". 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous