Regions

300 entrepreneurs sociaux se réunissent à Bruxelles ces mardi et mercredi pour "changer le monde"

Ashoka, réseau international d'entrepreneurs sociaux, en sommet à Bruxelles

© Philippe Carlot - RTBF

29 nov. 2022 à 13:49Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

Ashoka est un réseau international d'entrepreneurs sociaux qui a pour ambition de changer le monde en apportant des solutions innovantes à toute une série de défis sociaux, environnementaux ou culturels. A la manière des célèbres Conférences TEDx, Ashoka réunit chaque année ses "fellows" pour échanger et réseauter autour des thématiques du moment. Après trois ans sans rencontre pour cause de pandémie, c'est Bruxelles qui accueillait les entrepreneurs sociaux du monde entier. 

Dans une optique non marchande

"Ce sont des gens qui sont vraiment passionnés par ce qu'ils font", explique Perrine de le Court, directrice d'Ashoka Belgique. "Ils comprennent les racines des problématiques sociales et environnementales et grâce à cela, ils apportent des solutions qui sont très systémiques et donc qui permettent de transformer nos problématiques sociales en quelque chose de plus positif."

Les "fellows" d'Ashoka collaborent et transmettent leurs idées à d'autres pour démultiplier l'impact. Les entrepreneurs membres du réseau sont élus à l'issue de tout un processus, même s'il est aussi possible de poser sa candidature, poursuit Perrine de le Court: "soit on peut candidater soi-même, soit on est nommé par d'autres personnes du réseau qui voient des acteurs de terrains travailler de manière systémique et qui donc viennent avec des noms, que nous analysons pendant assez longtemps. (...) La particularité d'Ashoka, c'est qu'on investit à vie et qu'on cherche des personnes. Et quand on les élit, ils sont élus à vie. On les soutient à vie."

Simplifier le langage juridique

Un exemple de "fellow" Ashoka? "Droits quotidiens" est une association active depuis 20 ans en Belgique des deux côtés de la frontière linguistique et en France. "La mission qu'on s'est donné, c'est la clarification du droit, avec une attention particulière pour les gens qui ont moins accès au droit ou sont moins outillés pour ça", développe Didier Ketels, co-fondateur de Droits quotidiens. 

"Nous travaillons sur trois métiers. On essaye de faire en sorte que l'ensemble des producteurs de contenus juridiques s'adaptent mieux à leur public-cible. C'est un véritable métier. On a développé toute une méthodologie qui s'appelle le legal design, c'est-à-dire qu'on utilise les processus du monde du design qu'on insuffle dans le monde du droit. Et on forme, on accompagne, on réécrit un certain nombre de documents pour les professions juridiques. C'est l'un des aspects de notre activité."

Un processus de longue haleine dans un milieu plutôt conservateur et difficile à faire "bouger". Ce qui explique que Droits quotidiens soit active depuis 20 ans. Et sans doute pas près de s'arrêter. 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous