Regions

300 pompiers-ambulanciers bruxellois potentiellement menacés de licenciement à cause de l'obligation vaccinale

L'obligation vaccinale pourrait déstabiliser le Siamu de Bruxelles

© Eric Lalmand - Belga

08 déc. 2021 à 12:02 - mise à jour 08 déc. 2021 à 15:57Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

On le sait, le gouvernement fédéral entend imposer la vaccination au personnel soignant. Spontanément, on pense aux médecins et aux infirmières mais pas forcément aux pompiers du Siamu dans leur mission d'ambulancier. Or, le projet de circulaire de la Ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden en notre possession est sans ambiguïté. Elle s'intitule "obligation de vaccination pour les ambulanciers et les pompiers-ambulanciers des zones de secours  - conséquences de non-vaccination". Elle prévoit une période transitoire de 3 mois à dater du 1er janvier 2022. Mais dès le 1er avril, les ambulanciers qui refuseraient toujours de se faire vacciner se verraient proposer la sanction de la démission d'office en échange de la conservation de leur droit au chômage. 

300 pompiers bruxellois concernés

Formellement, le Siamu de Bruxelles n'est pas une zone de secours mais une entité à part relevant de la région de Bruxelles-Capitale. On n'imagine cependant pas que la région ne s'aligne pas sur les mesures décidées à l'échelon fédéral. Pour l'instant, la direction du Siamu se retranche derrière cette spécificité institutionnelle pour ne pas réagir, espérant des mesures d'accompagnement bruxelloises particulières qui permettraient d'éviter ce que le porte-parole des pompiers et ambulanciers de la capitale qualifie de "catastrophe". 

Combien de pompiers bruxellois seraient touchés en cas de refus de la vaccination? 200 à 250 estiment aussi bien le porte-parole du Siamu que Pablo Nyns, délégué CGSP. Nous avons connaissance de l'existence d'un groupe WhatsApp rassemblant les pompiers non vaccinés : il se compose de 284 personnes. On est donc plus près du chiffre de 300. 

C'est peu dire que la circulaire de la Ministre de l'Intérieur est très mal accueillie. "Pour moi, c'est comme une insulte", dénonce Pablo Nyns. "Envers les pompiers et envers tous les soignants. On a passé plusieurs mois de crise sans avoir de mesures de la part de nos autorités, sans avoir les tenues de protection adéquates, sans avoir de masques. Sciensano nous demandait d'aller travailler quand on était Covid positif et asymptomatiques, en nous disant que les protocoles de sécurité nous permettaient de ne pas contaminer les gens. Et maintenant, on nous dit que les collègues non vaccinés sont incapables de protéger leurs patients, évidemment ça passe très mal."

Des affirmations vigoureusement démenties par la direction du Siamu, qui soutient qu'aucun pompier asymptomatique et testé positif n'a jamais été mis au travail. L'équipement et les moyens de protection adéquats ont été mis à disposition des travailleurs, corrige le porte-parole du Siamu. 

La circulaire définitive doit encore faire l'objet de négociations avec les organisations syndicales au niveau fédéral. Concernant le Siamu, les discussions s'effectueront au niveau régional. Reste à savoir combien de pompiers-ambulanciers non vaccinés actuellement demeureront réfractaires à l'obligation vaccinale d'ici le 1er avril. 

Sur le même sujet: JT 04/12/2021

Bruxelles : Au tour de pompiers de manifester

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Un ambulancier agressé en intervention par un père et son fils à Roux "parce qu'il ne roulait pas assez vite"

Regions

Coronavirus en Belgique : l'Union des ambulanciers demande plus de soutien au ministre de la Santé

Coronavirus

Articles recommandés pour vous