Jam

5 raisons de ne pas manquer la venue de Jeff Mills à Bozar ce mercredi

© Tous droits réservés

06 oct. 2022 à 15:46Temps de lecture3 min
Par Guillaume Scheunders

Ce mercredi soir, le festival Nuits Sonores & European Lab Brussels accueille le producteur mythique et légende de la techno Jeff Mills, accompagné de Jean-Phi Dhary et Prabhu Edouard pour présenter son projet "Tomorrow Comes The Harvest". Un trio remanié depuis le malheureux décès du virtuose Tony Allen en 2020, mais qui ne manquera pas de vous proposer une expérience auditive hors du commun dans l’une des plus belles salles de Bruxelles, Bozar. Même si le simple fait de voir son nom devrait vous inciter à vous ruer sur les tickets, on vous donne quand même cinq raisons de ne surtout pas manquer ce concert d’exception.

Loading...

Parce que c’est la première fois que le trio se produira en Belgique dans cette composition.

Tomorrow Comes the Harvest est le nom de l’album composé par Jeff Mills et Tony Allen, dévoilé en 2018 et défendu sur scène par les deux musiciens, accompagnés de Jean-Phi Dhary, jusqu’à la mort du célèbre batteur en 2020. Mais la base du concept était prête à être pérennisée et le natif de la Motor City est allé chercher Prabhu Edouard, percussionniste et chanteur franco indien qui figure parmi les meilleurs joueurs de tabla, sorte de petit tambour indien, sur terre. La nouvelle recrue a été intégrée dans les plans, ajoutant un son presque tribal à certains morceaux et prêtant sa voix sur certains passages. Une addition sensationnelle pour pallier le manque d’Allen, et qui envoie le projet dans une nouvelle dimension.

Parce que Jeff Mills est une légende vivante

Il a démarré sa carrière comme DJ dans quelques radios de Detroit au début des années 80, avant de se mettre à la production quelques années plus tard. Ce pour quoi il est catégorisé dans la deuxième vague des artistes techno de la Motor City, après le trio Derrick May/Juan Atkins/Kevin Saunderson. Au début des années 90, il crée avec Mad Mike (ancien bassiste de Parliament) le label Underground Resistance, qu’il quittera deux ans plus tard. Il fonde plusieurs labels, dont Purpose Maker ou Axis, sera connu à travers le monde, notamment à Berlin, pour ses mix à trois platines et créera quelques hymnes techno, comme le très célèbre The Bells. Au-delà de la techno, celui qu’on surnomme The Wizard n’a jamais arrêté de s’intéresser à d’autres genres musicaux, en témoigne cette alliance avec Tony Allen, mais aussi au cinéma ou à l’architecture. Sa stature, son calme sa sagesse apparente ont forgé son image de musicien sérieux, presque austère. Jeff Mills est de ceux que l’on pourrait qualifier d'"intellos de la musique". Plutôt que de vous faire lever vos bras, il élèvera votre âme par sa maestria.

Loading...

Parce que le projet propose un mélange de genres absolument extraordinaire

La combinaison originelle de Jeff Mills et Tony Allen rassemblait l’amour de l’afrobeat avec celui pour la musique électronique. Mais les influences sont bien plus diverses : il y a de tout dans un live de Tomorrow Comes the Harvest. Chacun des trois compatriotes apporte une vision de la musique personnelle pour multiplier les émotions. Du jazz, de la soul, de la techno, du funk, de la musique tribale, des percussions, de l’ambient… Tous ces styles sont mélangés avec soin pour s’imbriquer les uns dans les autres de la manière la plus cohérente possible. Un coup de génie.

Loading...

Pour se rapprocher d’un état de pleine conscience

Jeff Mills ne l’a jamais caché, sa passion, c’est la science-fiction. Éternellement passionné des étoiles, de notre univers, du cosmos et de l’espace, il utilise cette exaltation pour délivrer un son qui traverse notre esprit pour l’élever. Le live de Tomorrow Comes the Harvest ne vous fera sans doute pas vous lever de votre siège (sauf probablement pour applaudir à la fin), mais tient son génie dans la manière avec laquelle il viendra vous toucher au plus profond et fera appel à vos émotions les plus fortes. Comme un voyage méditatif.

Pour la première partie, Esinam

On est toujours contents de voir qu’une artiste issue de la scène locale, qu’on soutient depuis longtemps, puisse ouvrir une scène pour une personnalité comme Jeff Mills. Esinam correspond parfaitement à l’énergie dégagée par le trio qu’elle précédera. Nourrie d’influences jazz, elle manie la flûte avec frénésie, qu’elle associe à des compositions électroniques personnelles. Ses morceaux vous conduisent à travers bon nombre d’émotions différentes. Son sens du rythme et de l’expérimentation vous mettra parfaitement en condition pour accueillir la trinité de la soirée.

Loading...

Sur le même sujet

Giger peut-il encore choquer en 2022 ?

Jam

Nuits Sonores & European Lab : gagnez vos places pour le festival

Jam

Articles recommandés pour vous