RTBFPasser au contenu
Rechercher

5G : l’ambassadeur américain à Bruxelles met en garde contre Huawei

Pour l’Europe, chaque Etat membre doit avoir une grande ville couverte par la 5G
06 mars 2020 à 17:45Temps de lecture1 min
Par F. Mazure et D. Fontaine

En Belgique comme ailleurs, les réseaux GSM vont devoir s’équiper pour la nouvelle norme 5G, qui promet des transferts de données plus rapides. Depuis quelques semaines, la pression monte pour les pays européens. L’Europe a prévu qu’en 2020, chaque Etat membre doit avoir une grande ville couverte par la 5G. Reste à savoir quels acteurs seront autorisés à participer au déploiement de la 5G chez nous. Huawei est accusé par les Etats-Unis de servir les activités d’espionnage de la Chine, ce que le groupe dément.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Bruxelles, Ronald J. Gidwitz, a mis en garde nos autorités contre la tentation de faire appel à l’opérateur chinois : "Huawei est certainement l’une de ces sociétés dont nous pensons qu’elle est un fournisseur non-fiable, comme le pense l’Union européenne. Mais il y en a d’autres, comme ZTE, une autre société chinoise. Il y a aussi des sociétés plus petites dans différentes parties du monde qui fournissent des équipements non-fiables."
L’ambassadeur se défend de défendre ainsi une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis : "Je pense que la sécurité des télécommunications est un sujet sérieux pour tous les partenaires de l’Otan, tout comme pour l’ensemble des pays de l’Union européenne. Il faut s’assurer que les institutions installées ici en Belgique bénéficient toutes de systèmes de communications sécurisés. Et vous ne pouvez pas sécuriser votre réseau avec des fournisseurs non-fiables. Le choix revient à la Belgique."

L’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique Ronald Gidwitz
L’ambassadeur des Etats-Unis en Belgique Ronald Gidwitz © Tous droits réservés

Le gouvernement des Etats-Unis ne partagera pas de renseignements à travers des réseaux non fiables

Si l’ambassadeur précise que la décision est entre les mains de nos autorités, il indique tout de même que le choix par la Belgique d’un opérateur jugé comme non-fiable, pourrait entraîner des problèmes d’échange d’informations entre notre pays et les USA. "Le gouvernement des Etats-Unis ne partagera pas de renseignements à travers des réseaux non fiables, explique-t-il. Nous devrons trouver d’autres moyens pour partager les informations critiques avec les Belges et les autres services de renseignements et gouvernements."

Articles recommandés pour vous