La Grande Forme

6 conseils pour éviter "les blancs" malaisants dans une conversation

© Getty images

15 déc. 2021 à 16:05Temps de lecture3 min
Par Caroline Depuydt et Daphné Fanon

Dans la vie de tous les jours, il arrive que certaines situations mettent mal à l’aise. Par exemple, lors d’un premier rendez-vous galant, alors que vous êtes en pleine discussion, le sujet s’éteint petit à petit et hop, un blanc s’installe ! Pas de quoi vous inquiéter, le Dr Caroline, psychiatre et médecin référente dans l’émission "La Grande Forme" vous donne des conseils pour éviter ce genre de situation.

Vous êtes à un dîner et ne connaissez pas vote voisin de table… Et pas de chance, il n’a pas l’air d’avoir envie de faire votre connaissance. A toutes vos questions, votre interlocuteur répond très poliment par "oui" ou "non", sans relancer la conversation. Vous ne savez plus quoi faire, presque paniqué à l’idée de ne plus rien avoir à lui dire. Le blanc dans les conversations, en général on n’aime pas ça… Mais pourquoi ?

  • Notre cerveau n’aime pas le vide.

Avez-vous déjà essayé de ne pas penser pendant 10 secondes ? Allez-y, essayez pour voir ! C’est plus difficile que ça en a l’air. Le cerveau tente immanquablement de combler le vide, le plus souvent par des pensées du quotidien et répétitives. Par exemple : "Attention, il ne faut pas que j’oublie d’acheter du lait." Même au repos, le cerveau reste actif : il élague les pensées, supprime les souvenirs inutiles, met en mémoire ce qui peut nous servir. Il ne s’arrête jamais ! Résultat, il fait la même chose pour les conversations en les remplissant de phrases toutes faites. Ce qui nous est bien utile pour combler les conversations.

  • Cela provoque une certaine anxiété sociale.

En public, certaines personnes se sentent moins à l’aise que d’autres ; par crainte d’être ridicule, de dire un mot de travers ou de paraître bizarre. Et pourtant, en ne parlant pas, ils risquent de paraître encore plus bizarres ou inadaptés. Certaines personnes ne sont donc pas à l’aise de parler, mais n’osent pas non plus se taire. Le silence devient alors une source d’angoisse, que l’on peut avoir tendance à vouloir absolument combler.

  • Le silence peut être l’expression d’un mutisme,

Le mutisme concerne les personnes qui se murent plus ou moins volontairement dans le silence et refusent de répondre. Il s’agit soit d’une espèce de technique d’évitement (je ne sais tellement pas quoi répondre que je me tais), soit une sorte de punition (le mutisme passif agressif utilisé dans les disputes de couple, par exemple.) Le mutisme peut susciter beaucoup de doutes, de frustrations et est, par conséquent, associé à quelque chose de désagréable. Or, votre cerveau va tout faire pour éviter la souffrance du désagréable, donc tant qu’il peut : halte au mutisme.

Les "blancs" dans les conversations: comment y remédier ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Trucs et astuces pour se sortir d’une situation gênante, provoquée par un "blanc"

Voici différentes réactions possibles quand un blanc se profile à l’horizon :

1. Préparer une petite liste de questions pour relancer la conversation, en cas de blanc inconfortable :

- Quel est ton sport favori ?

- Tes dernières vacances ?

- Tes prochaines vacances ?

- Un endroit que tu adorerais visiter ?

- Le dernier film vu au cinéma ?

- Quel genre de musique aimes-tu ?

2. Posez des questions ouvertes pour permettre à l’autre de développer sa réponse et rebondissez sur ses propos.

3. Inspirez-vous de ce qui se passe autour de vous

- "La déco est super kitsch ici !"

- "Regarde, les gens là-bas on dirait qu’ils sont super amoureux alors qu’à côté on dirait qu’ils se font la gueule."

4. Soyez curieux et posez la question : "Ça te gêne toi, les silences dans une conversation ?"

5. Découvrez la beauté du silence ! Jouez-là cool : "Un silence… Moi j’aime les silences. " Et laissez le blanc s’installer.

Au fond, les petits blancs dans les conversations sont tout à fait normaux. Parfois, ils peuvent même être agréables, positifs, reposants. Les personnes introverties sont obligées de vivre dans un monde fait pour les personnes extraverties. Mais il n’est pas nécessaire de s’imposer en permanence ce bavardage et cette agitation. Revendiquez gentiment votre droit au silence !

6. Si vous êtes dans une circonstance où vous avez envie de silence (un trajet en voiture, en train) n’hésitez pas à le dire à votre compagnon de voyage.

Et inversement posez-lui la question. Parfois on a juste envie d’être dans ses pensées et c’est très bien comme ça.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast telles que : Pocket Casts, Podcast addict, Google Podcast ou encore Apple Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

"L’érotomanie" : quand l’amour tourne littéralement à la folie !

La Grande Forme

Notre capacité à assimiler l’alcool évolue-t-elle vraiment avec l’âge ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous