RTBFPasser au contenu

Monde Europe

84 millions de déplacés de force dans le monde : vers quels pays fuient les réfugiés ?

84 millions de déplacés de force dans le monde : vers quels pays fuient les réfugiés ?
05 avr. 2022 à 15:454 min
Par Ibrahim Molough

4,2 millions, c’est le nombre de réfugiés qui ont fui l’Ukraine, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR). Un chiffre important, témoin de la violence du conflit à l’est de l’Europe. La grande majorité de ces réfugiés se sont dirigés vers les pays limitrophes, dont la Pologne qui a accueilli plus de 2,4 millions d’Ukrainiens.

Loading...

Malheureusement, l’Ukraine n’est que le dernier pays touché par une crise poussant sa population à fuir. Dès lors, d’où viennent les réfugiés et vers quelles destinations fuient-ils ?

Une définition légale

Alors que les termes "réfugié" et "migrant" sont parfois utilisés de manière interchangeable, ces derniers possèdent des significations bien distinctes. En effet, le terme "réfugié" est défini juridiquement par la Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés.

Selon cette Convention, un réfugié est une personne "[…] craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner".

Quant à lui, le terme "migrant" ne possède pas de définition juridique reconnue au niveau international. Toutefois, selon l’Organisation des Nations unies (ONU), ce terme désigne "toute personne qui a résidé dans un pays étranger pendant plus d’une année, quelles que soient les causes, volontaires ou involontaires, du mouvement, et quels que soient les moyens, réguliers ou irréguliers, utilisés pour migrer".

En résumé, un réfugié est forcé de fuir le pays dont il a la nationalité pour des raisons de sécurité, alors que le départ d’un migrant peut être volontaire pour diverses raisons.

Les pays d’origine

"Il y a une tendance à la forte hausse des déplacements provoqués par les violences et la persécution depuis près de dix ans. Le nombre de personnes fuyant les guerres, les violences, la persécution et les violations des droits humains dépassent désormais 84 millions, dont 35 millions d’enfants", explique Frederik Bordon, porte-parole du UNHCR Belgique et Luxembourg.

Néanmoins, ce chiffre datant du 10 novembre 2021, il ne comprend donc pas les flux de réfugiés ukrainiens et par conséquent sous-estime la réalité.

De ces 84 millions personnes, 68% sont originaires de seulement cinq pays : de Syrie (6,8 millions), du Venezuela (4,1 millions), d’Afghanistan (2,6 millions), du Soudan du Sud (2,2 millions) et de Birmanie (1,1 million). Tous ces pays sont soit en situation de guerre, d’insécurité ou connaissent des violences contre des minorités. De plus, l’Ukraine comptabilisant plus de 4,2 millions de réfugiés, se placerait aujourd’hui à la deuxième position, juste après la Syrie.

A cette liste, il est possible d’ajouter les 5,7 millions de réfugiés palestiniens, compris dans le total des personnes déplacées mais relevant de la compétence de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Déplacements internes et hors frontières

La grande majorité des réfugiés, et même des migrants en général, se déplacent à l’intérieur de leur propre pays ou vers les pays limitrophes. En effet, sur les 84 millions de personnes déplacées de force, 48 millions, soit plus de la moitié, le sont à l’intérieur de leur pays. Par exemple, au Yémen, on dénombre plus de 1,5 million de déplacés intérieur, installés dans plus de 1500 sites et camps de fortune.

En ce qui concerne ceux qui ont quitté leur pays, trois quarts d’entre eux sont hébergés dans des Etats voisins. Toujours selon le Haut Commisariat, les pays hébergeant le plus de réfugiés sont : la Turquie (3,7 millions), la Colombie (1,7 million), l’Ouganda (1,5 million), le Pakistan (1,4 million) et l’Allemagne (1,2 million). Là aussi, les réfugiés palestiniens ne sont pas comptabilisés mais la plupart se sont déplacés vers la Jordanie.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le seul pays européen se trouvant dans ce palmarès est l’Allemagne et se place en cinquième place. En réalité, 85% des réfugiés quittant leur pays le font vers des pays en développement, préférant se diriger vers des pays proches et plus accessibles. "Les pays en développement continuent d’assumer une responsabilité et une part disproportionnée de l’accueil des populations déplacées", indique le "Mid-year trends 2021" du UNHCR.

"Les pays à revenu élevé ont accueilli seulement 17% des personnes déplacées hors des frontières. Alors que les pays à revenu intermédiaire supérieur […] ont accueilli 43% des personnes déplacées. 18% de personnes supplémentaires ont été accueillies par des pays à revenu moyen inférieur et 22% par des pays à faible revenu", peut-on lire dans le rapport.

Loading...

Et des retours

Il y a les départs, mais aussi les retours. Quelque 126.700 réfugiés sont retournés dans leur pays d’origine au cours du premier semestre de 2021 tandis que 16.300 ont été réinstallés (avec ou sans l’aide du UNHCR). La grande majorité est retournée en Afrique subsaharienne, plus précisément au Soudan du Sud, au Burundi, au Nigeria et au Mali. Au Moyen-Orient, la Syrie a vu le retour de 18.200 de ses ressortissants en 2021.

Selon le Haut Commissariat, "rentrer chez soi dans la sécurité et la dignité sur la base d’un choix libre et éclairé reste la solution privilégiée pour la plupart des réfugiés du monde".

Articles recommandés pour vous