RTBFPasser au contenu
Rechercher

Sports extrêmes

90 heures de course, 603 kilomètres parcourus : exploit monumental et record du monde d'ultra-endurance pour le Belge Merijn Geerts

Merijn Geerts sur sa dernière ligne d'arrivée, au bout d'un exploit monumental

Imaginez-vous courir pendant près de quatre jours, presque non-stop, et parcourir grosso modo l'aller-retour entre Bruxelles et Paris. C'est ce que vient de réaliser le Belge Merijn Geerts, 47 ans et spécialiste de l'ultra-endurance. Mais pour corser le tout, cette course ne se déroule pas "en une fois". Chaque heure, un départ est donné, et il s'agit en fait de boucler un parcours de 6,7 km en moins de 60 minutes. Puis de repartir, au top départ suivant. C'est ce qu'on appelle, dans le milieu de l'ultra-endurance, une "backyard". En résumé : le dernier (ou la dernière) debout a gagné.

Et cette fois, le dernier est un peu le premier, et il est surtout Belge. C'est en Allemagne que Geerts a signé cet exploit avec un premier tour bouclé samedi et un dernier, le nonantième, achevé dans la nuit de mardi à mercredi.

Record du monde battu par les deux derniers hommes debout

24 participant·e·s (dont cinq Belges) avaient pris le départ de cette course estampillée "The Race of the Champions - Backyard Masters". Et le moins que l'on puisse écrire, c'est Geerts a signé un exploit monumental pour aller décrocher son Graal au bout de l'effort, poussé par un adversaire plus que tenace. L'Irlandais Keith Russell a en effet tenu 89 boucles complètes, avant de devoir s'avouer vaincu alors que le Belge est lui venu à bout d'un nonantième et dernier tour. Les deux coureurs ont tous les deux battu le précédent record (85 tours), mais c'est bien Merijn Geerts qui établit la nouvelle marque référence avec ses 90 tours.

On l'a compris, la vitesse importe peu sur ce type de course, ce format de plus en plus à la mode appelé également "Last man standing" ("Dernier homme debout"). C'est surtout la gestion des efforts qui fait la différence. En moyenne, Geerts a parcouru les 6,7 km en 49 minutes et 5 secondes. Entre sa boucle la plus rapide (40 minutes 42 secondes) et sa plus lente (55 minutes et 8 secondes), il y presque un quart d'heure de différence. Un temps de récupération à utiliser du mieux possible... pour repousser les limites de l'être humain. Et gagner un chèque de... 1000 euros.

Sur le même sujet

Karel Sabbe, favori de la course "la plus rude au monde", abandonne dans des circonstances rocambolesques

Tous les sports

Articles recommandés pour vous