Regions Liège

90 licenciements pour éviter la faillite : le plan de redressement de Liberty Steel approuvé par le tribunal de l'entreprise de Liège

 Le siège social flémallois du groupe Liberty Steel.

© RTBF

23 nov. 2021 à 13:20Temps de lecture2 min
Par Belga

Le tribunal de l'entreprise de Liège a avalisé mardi dans la matinée le plan de relance présenté Liberty Steel et qui avait été approuvé par les créanciers pour sauver les sites de Tilleur et de Flémalle, confirme le syndicat Setca.


►►► A lire aussi : Les travailleurs de Liberty Steel "sont inqueits" et manifestent devant la SOGEPA à Liège


Ce plan permet d'éviter la faillite, il prévoit le licenciement de 90 membres du personnel et permet de sauver les 600 autres en liant les entreprises aux sites de Dudelange, au Luxembourg, et à Liberty Galati, la plus grande aciérie de Roumanie, qui doit devenir le principal fournisseur de bobines laminées à chaud, l'ensemble formant ainsi un bloc industriel. "C'est une bonne nouvelle", a notamment commenté Vincent Napolitano, délégué Setca FGTB, "mais nous n'avons pas encore pu prendre connaissance du jugement et de ses conclusions". Celles-ci seront disponibles prochainement sur la plate-forme digitale des faillites Regsol consultable par tous les créanciers.

Pour rappel, avant l'annonce de la faillite de Greensill Capital, son principal créancier, le groupe Liberty Steel représentait sur la région liégeoise aux alentours de 780 travailleurs, se remémore Jordan Atanasov pour la CSC Metea. "Puis certains sont partis de leur plein gré voir si l'herbe était plus verte ailleurs au vu de la situation de l'entreprise". Et à la suite de la procédure de réorganisation judiciaire, un premier plan avait d'abord été présenté qui prévoyait le départ de 153 personnes, un nombre qui a finalement été ramené à 90 licenciements récemment.


►►► A lire aussi : Liberty Steel passe de 150 à 90 pertes d’emploi, mais ça ne règle rien


"Nous attendons que l'on procède aux relances des installations et que l'on mette en œuvre le plan tel qu'il a été déposé au niveau du tribunal", se réjouit maintenant le secrétaire syndical CSC Jordan Atanasov. "Ce n'est pas pour ça que la partie est gagnée, on doit s'assurer que l'on est en route pour une certaine durabilité, n'oublions pas que Greensill a une créance sur les sites de Liège", tempère-t-il toutefois.

Des inquiétudes demeurent quant aux moyens qui seront déployés par la société pour appliquer ce plan. La confiance avec les clients doit aussi être restaurée et les approvisionnements avec l'extérieur doivent être consolidés, Liberty Galati ne pouvant assurer seul cette mission: "J'espère que cette décision va permettre de reconduire les contrats d'approvisionnement", conclut de son côté Vincent Napolitano, pour le Setca.

 

Sur le même sujet

"Les travailleurs sont inquiets" : les travailleurs de Liberty Steel manifestent devant la SOGEPA à Liège

Regions Liège

Le vote des créanciers devrait permettre à Liberty Steel d’éviter la faillite

Regions Liège

Articles recommandés pour vous