Regions

A Incourt, les Héliotropes accueillent désormais les patients de jour comme de nuit

© Tous droits réservés

11 oct. 2022 à 15:46Temps de lecture2 min
Par Véronique fouya

Les héliotropes, ce sont ces petites fleurs bleues ou blanches dont les feuilles se tournent imperceptiblement de l'ombre vers la lumière. Le centre thérapeutique situé à Incourt porte donc bien son nom. Les patients arrivent ici en dernier recours, ils n'ont pas trouvé de place en institution en raison d'un double diagnostic, une déficience intellectuelle conjuguée à des troubles psychiatriques.       

Accompagnés jour et nuit

Ouvert en 2010, les héliotropes accueillent des patients adultes qui cumulent de très lourdes difficultés. Schizophrénie, psychoses, autisme avec des troubles psychiatriques associés. Ils partagent un lourd passé d'exclusion, leurs symptômes étant jugés trop envahissants pour pouvoir être pris en charge dans les structures prévues pour le handicap. Dans ce centre thérapeutique, on travaille leurs symptômes au travers d'une dizaine d'ateliers créatifs et thérapeutiques :

" Par exemple, quelqu'un dont le symptôme est la chute , on va travailler cette notion dans tous les ateliers; en lecture de contes, on va raconter que le Petit Chaperon rouge tombe, et par petits bouts, on arrive à des résultats. Le patient qui tombait le fait beaucoup moins parce que le symptôme de la chute s'est déplacé dans les ateliers." explique Nathalie Delvenne, la directrice.

Jusqu'à présent, ces activités étaient organisées en journée, jusque 16H30. Depuis lundi, les patients logent sur place dont un bâtiment flambant neuf , avec de grandes chambres et 3 espaces salons pour éviter les tensions entre pensionnaires.                

Un répit salutaire pour les familles

Pour les familles bénéficiaires, indépendamment des soins prodigués, les Héliotropes c'est aussi la possibilité de souffler quelques heures par jour. Elles ne sont ni armées ni formées pour prendre en charge des cas aussi lourds.  L'accueil de nuit a donc été perçu comme un répit supplémentaire et salutaire. Alexis a 27 ans et il fréquente le centre depuis 9 ans. Il souffre d'autisme avec des troubles psychiatriques associés et sa maman est prête à sauter le pas alors que son fils n'a jamais dormi en-dehors de la maison, si ce n'est chez sa grand-mère:

" C'est le seul endroit où je peux le laisser en me disant qu'il ne va rien lui arriver, qu'on ne va pas l'attacher, l'enfermer, le médiquer, je suis en confiance."

Cette séparation a été préparée en douceur et avec tous les jalons dont son fils a besoin pour sauter le pas, sans trop d'anxiété:

" on a mis un maximum de choses en place : le même poster que dans sa chambre, ses livres de Walt Disney, sa musique , sa télévision... Il aura tous ses repères"

 

Dans le Brabant wallon , Les Héliotropes , c'est le seul centre qui accueille exclusivement des patients à double diagnostic. Il y a 5 soignants pour 7 patients, c'est dire la lourdeur de la charge mais aussi toute l'attention qui y est portée.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous