Patrimoine

A Kanal, le vestiaire bouge tout seul !

A Kanal, le vestiaire bouge tout seul !

© Veerle Vercauteren

Les musées sont ouverts ! Pour vous faire découvrir leur patrimoine, on vous raconte l’histoire de ces chefs-d’œuvre de nos collections muséales pourtant méconnus.

Parfois, l’art contemporain permet de mettre en valeur un patrimoine délaissé, à peine considéré comme tel. Kanal est installé dans les bâtiments de l’ancien garage Citroën, où l’ancien vestiaire des ouvriers, témoin d’un certain passé industriel, est devenu une œuvre contemporaine à part entière.

Du garage au musée

C’est au début des années 1930 qu’André Citroën entre en possession d’un terrain situé place de l’Yser, juste à côté du canal de Bruxelles. L’homme d’affaires français y voit le lieu parfait pour bâtir une nouvelle usine colossale afin de conquérir le marché de la voiture.

En 1935, la plus grande usine automobile d’Europe sort de terre. Dessinée par les architectes belges Alexis Dumont et Marcel Van Goethem, le complexe est pharaonique. 16.500 m² accueillent les ateliers de production, mais également des bureaux administratifs et un showroom tout de verre, de béton et d’acier. Inspiré par l’architecture Art Nouveau et Art Déco, le bâtiment (classé depuis) devient le symbole d’une architecture industrielle à la pointe de la modernité du moment.

Loading...

Occupé par les soldats allemands durant la Deuxième Guerre mondiale, le garage Citroën résistera aux bombardements, et voit son activité repartir de plus belle avec le boom du marché automobile d’après-guerre. Des aménagements et agrandissements ont lieu par la suite. Tout le confort moderne est assuré aux travailleurs et travailleuses de l’usine, qui disposent de sanitaires communs derniers cris, chose qui n’est pas répandue dans toutes les usines à l’époque.

La facade du Showroom, rue de l'Yser

Après le départ de Citroën, le bâtiment est racheté en 2015 par la région bruxelloise, qui aimerait y installer un musée d’art contemporain digne de ce nom. Les déboires politiques sont nombreux, les critiques également. On voudrait plutôt y déménager la collection de voitures d’Autoworld ou y faire des logements. Qu’à cela ne tienne, la région persiste, et s’associe avec le Centre Pompidou de Paris pour mener à bien son projet. Le musée Kanal-Centre Pompidou est né.

Aujourd’hui encore, et malgré des ouvertures partielles, le musée est en travaux, et ne devrait pas voir sa mue définitive aboutir avant 2024. Mais Kanal-Centre Pompidou revendique sa volonté de garder le cachet industriel des lieux, et pour le montrer, le musée a intégré certains des éléments de ce patrimoine dans des installations artistiques.

Le vaste espace de l'usine est dorénavant dédié à l'art
Le vaste espace de l'usine est dorénavant dédié à l'art © EMMANUEL DUNAND - AFP
Installations visuelles dans les sanitaires

Le vestiaire réanimé

C’est donc dans le vaste vestiaire commun, dont les éviers, les WC et les casiers ont été sauvegardés, que l’artiste marocain Younes Baba-Ali a installé son œuvre contemporaine. Dans une atmosphère quelque peu inquiétante, il a donné aux casiers une existence propre, puisqu’ils s’ouvrent et se ferment seuls. Le mécanisme donne presque l’impression que des travailleurs invisibles, tels des fantômes du passé, viennent reprendre leurs affaires avant de retourner chez eux. Avec un fond sonore et une installation vidéo, l’artiste a voulu non seulement souligner le passé de ces témoins qui ont vu des milliers d’ouvriers défiler devant eux, mais aussi faire une place à l’avenir du musée.

Younes Baba Ali - Kanal

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sobrement (non-) intitulée Untitled ("non titré", en français), l’œuvre est signée par un artiste qui à l’habitude d’utiliser des objets banals du quotidien pour faire passer un message souvent lourd de sens. Ici, dans le vestiaire de l’usine, ce n’est rien de moins que le système économique et social qui est remis en perspective. Baba-Ali montre aussi que, contrairement à ce qui se disait par les critiques lors de la mise en route du projet, une ancienne usine est aussi un lieu où l’art à quelque chose à dire et à montrer, où l’art à totalement sa place.

 

Le musée est -partiellement- ouvert !

Kanal-Centre Pompidou est donc en travaux, mais reste partiellement accessible, notamment pour des expositions temporaires. L’expo It never ends de John M. Armleder se visite du jeudi au dimanche, du 4 février au 25 avril, sur réservation.

Suivez le musée sur ses réseaux sociaux, Facebook et Instagram, pour vous tenir au courant de son actualité.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous