L'info culturelle

A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini

A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini

© karl forster

11 juin 2021 à 14:22 - mise à jour 11 juin 2021 à 14:22Temps de lecture2 min
Par François Caudron

Le célèbre opéra de Puccini est à l’affiche du Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. La mise en scène de Rafael R. Villalobos lie les personnages de l’œuvre à la figure du cinéaste italien Pier Paolo Pasolini, dans une série de tableaux où la violence et la beauté s’entrelacent.

Retrouvez la production de La Monnaie sur Musiq3, ce samedi 4 septembre dès 20h.

L’œuvre de Puccini a été créée le 14 janvier 1900 au Théâtre Costanzi à Rome. L’action se déroule un siècle plus tôt. Au moment d’un renversement de pouvoir, le baron Scarpia installe une autorité brutale sur la ville de Rome. Il profite de l’arrestation du peintre Cavaradossi pour infliger à Tosca un chantage abject. Il lui propose de céder à ses avances pour sauver son amant de la potence. Mais Tosca, en femme de caractère, fera plier le pouvoir qui la menace.

A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini
A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini
A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini

Pier Paolo Pasolini

Dans sa mise en scène, Rafael R. Villalobos lie les personnages de Puccini à la figure du cinéaste italien Pier Paolo Pasolini que l’on retrouve sur le plateau. Pasolini observe le drame. Il accompagne les protagonistes de l’œuvre dans chacune des scènes de l’opéra. Le metteur en scène espagnol explique ce rapprochement. Il voit dans le personnage du peintre Cavaradossi, l’amour que Pasolini porte à l’art. Il reconnaît dans Tosca, sa perte de la foi. Il associe enfin, l’infâme Scarpia aux personnages du film Salo, ou les 120 jours de Sodome. Film sulfureux, dans lequel quatre despotes violent et torturent impunément une communauté de jeunes gens soumis et inoffensifs.

Dans le deuxième acte, Scarpia apparaît en pervers masochiste, assis au milieu de quelques jeunes hommes dénudés et affalés sur une table de libertinage. Pour le metteur en scène, le personnage central de l’œuvre, c’est Rome, la ville aux mille paradoxes. " J’aime montrer à quel point la beauté plastique peut nous aider à nous confronter à des choses insoutenables ". 

Rafael Villalobos au micro de François Caudron

Des arcades majestueuses

Les personnages de Puccini évoluent sous de majestueuses arcades romaines. Ce décor imposant, d’un blanc immaculé, est monté sur un gigantesque plateau tournant, se transformant en église, en palais, puis en prison. Ces arcades d'ombre et de lumière, occupent également la fonction de cimaise. Elles accueillent les toiles surdimensionnées du peintre espagnol Santiago Ydanez qui puise son inspiration dans l’œuvre du Caravage pour nous confronter à des images où la violence flirte avec la beauté.

Tosca sera donné à partir de ce vendredi 11 juin et jusqu’au 2 juillet à la Monnaie.

A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini
A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini
A la Monnaie, le drame de Tosca dans les yeux de Pier Paolo Pasolini

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous