Icône représentant un article video.

Matière grise

À quel point le stress peut-il nous pousser à tricher ?

Trop de stress peut-il nous pousser à tricher ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Dans nos sociétés modernes, la pression est grande pour se montrer performant en permanence. Ce stress peut à la fois menacer notre santé et nous inciter à la tricherie pour améliorer nos résultats… C’est bien sûr le cas dans le monde très compétitif du sport de haut niveau, avec les dérives bien connues du dopage, mais aussi dans n’importe quel milieu professionnel. La pression peut-elle vraiment influer sur notre propension à la tricherie ? Des chercheurs ont voulu en savoir plus.

Expérience enfantine

Ils ont mené avec des enfants une série d’expériences assez spectaculaires, filmées par nos collègues de la RTS (Radio Télévision Suisse). La situation est simple : un expérimentateur reçoit des enfants, un par un, et les invite à jouer. Il leur présente 4 cartes, chacune porteuse d’un dessin. Il retourne ensuite les cartes, les mélange et demande à l’enfant de retrouver celle sur laquelle une pomme est dessinée. À ce moment-là, un prétendu assistant entre dans la pièce et demande à dire deux mots en privé au chercheur…

Dans un premier scénario, il quitte la pièce et laisse donc l’enfant seul. Va-t-il céder à la tentation et soulever les cartes pour trouver celle où figure une pomme ? Dans presque tous les cas, la réponse est oui : entre 80 et 90% ne résistent pas, même sans pression, à l’envie de tricher !

Dans un deuxième scénario, l’expérience se déroule de la même façon sauf que le chercheur fait cette fois promettre à l’enfant de ne pas tricher en son absence. Dans ce cas, le pourcentage de triche chute énormément : moins d’un enfant sur deux (40%) retourne les cartes. Pourquoi ? Parce que la majorité va se sentir tenue de respecter son engagement.

Face à la pression, nous sommes plus enclins à tricher

Dans un troisième scénario, le chercheur fait de nouveau promettre à l’enfant de ne pas tricher, mais il lui a dit au début de leur entretien qu’il le trouvait brillant. Dans cette dernière situation, quel va être le taux de triche ? Il remonte alors, pour atteindre 60%. Pourquoi ? Tout simplement parce que le chercheur a pratiqué une mise en pression : l’enfant s’est senti obligé de se montrer performant puisqu’il a pensé que l’expérimentateur le croyait intelligent. Il n’est plus tout à fait dans un simple jeu, car il y avait cette fois un gros enjeu pour son image.

Par ailleurs, il est intéressant d’observer que lorsque l’expérience est menée sur des adultes, c’est carrément à 70% que remonte le taux de triche.

Que peut-on en conclure ? En tant que chef d’équipe, mieux vaut éviter de mettre trop de pression sur vos collaborateurs : vous risquez de générer du stress qui va non seulement leur causer des problèmes de santé mais qui pourrait aussi les pousser à tricher… Mieux vaut donc faire appel à vos valeurs communes pour obtenir les meilleurs résultats !

À quel point le stress peut-il nous pousser à tricher ? ©gpointstudio, Freepik

Retrouvez Matière Grise sur Auvio ou en télé tous les mercredis (23h00) sur La Une.

Rediffusions les samedis (23h00) et dimanches (8h30) sur La Une.

Matière Grise, le magazine de la curiosité, qui fait réfléchir sans même y penser !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous