RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

A quoi ressemblera Liège Airport dans 20 ans ? Lancement de l'enquête publique, l'étude d'incidences est enfin bouclée

C'est ce mercredi que débute l'enquête publique en vue du renouvellement du permis d’environnement pour l’exploitation de Liège Airport. L'enjeu est important puisque ce permis court sur une durée de 20 ans. C'est donc un moment clef pour le développement de l'aéroport, et pour les riverains qui sont sur le qui-vive.  

On est donc vraiment à un moment charnière du développement de l’aéroport. Ils veulent vraiment occuper tout l’espace qui leur a été réservé.

Cedric Leterme est membre du collectif "Stop Alibaba and Co", qui suit évidemment le dossier du développement de l'aéroport de très près. Sur l'enjeu de cette enquête publique, il est catégorique : "Il est colossal. Et j’ajouterai que cela ne concerne pas que les riverains proches de l’aéroport mais l’ensemble de l’agglomération liégeoise, bref tous ceux qui sont impactés plus ou moins directement par le bruit des avions et, plus largement, par les conséquences des activités de l’aéroport. Ce qui est en jeu ici, en fait, c’est le renouvellement du permis d’environnement de l’aéroport. Donc son permis d’exploitation, son permis d’opérer si vous voulez, pour les 20 prochaines années. On est donc vraiment à un moment charnière du développement de l’aéroport. Ils veulent vraiment occuper tout l’espace qui leur a été réservé, en fait, dans les schémas de développement jusqu’à présent. Mais du coup cela impliquerait de faire exploser le nombre de vols, le nombre d’activités, le nombre d’entreprises présentes sur le site, etc".

3.000 pages d'impacts positifs et négatifs

L'étude d'incidences sur les impacts positifs et négatifs du développement de l'aéroport vient d'être bouclée et pourra être consultée. Nous avons déjà pu la parcourir.

Ils n’abordent jamais l’indicateur de bruit relatif à la nuit.

Pierre Bernard a également analysé ce volumineux dossier de près de 3000 pages (annexes comprises). Secrétaire général du comité de riverains Liège Air Propre (CLAP), il dresse d'emblée 2 constats, sur le bruit des avions et le trafic routier : "Par rapport au bruit des avions, on constate que cette étude n’aborde jamais l’indicateur de bruit relatif à la nuit. Or, cet indicateur, si vous le comparez aux recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), permet de savoir qu’avec les niveaux sonores actuels, on réveille déjà les gens. Et tant qu’on n’abordera pas cet indicateur de nuit, ils ne sauront pas, par exemple, expliquer pourquoi des gens de Hannut, Nandrin ou Aix-la-Chapelle, sont réveillés la nuit, par les pics de bruit". L'étude d'incidences précise que d'ici 2043, il devrait y avoir au total plus de 69000 mouvements de vols cargos par an (principalement des avions gros porteurs), ce qui représente une augmentation de 102% par rapport à 2020. Le nombre de mouvements mensuels de nuit devrait augmenter de 27% (480 avions supplémentaires de nuit/mois, au total 2280 mouvements/mois)     

Plus d'avions = plus de trafic (auto)routier

Il y aura une saturation complète du réseau autoroutier.

Cette étude d’incidences le met en évidence de manière très claire: Il faut aussi s’attendre à une saturation du réseau routier et autoroutier, qui, en l'état, malgré les aménagements prévus, ne sera pas apte à supporter le trafic généré par le développement des activités (l'activité fret devrait par exemple amener un trafic de 300 à 460 poids lourds/jour à l'horizon 2043) : "Il y aura une saturation complète du réseau autoroutier, depuis Flémalle jusque Battice. Et aussi depuis Loncin jusqu’à peu près Tilff, sur la E25, donc le tunnel sous Cointe, la descente vers Ans et vers Liège", redoute d'ailleurs Pierre Bernard. 

L'étude d'incidences conclut cependant que le non-renouvellement du permis d'environnement pour l'exploitation de Liege Airport engendrerait une perte d'emplois et une réduction drastique des activités de logistiques qui n'en ferait plus un pôle de développement majeur. Toujours selon cette étude d'incidences, les opérateurs présents le quitteraient très probablement,  favorisant le développement d'un énorme chancre industriel.     

L'enquête publique va durer un mois et se terminera le 21 avril. Au final, c'est la Région Wallonne qui accordera ou non le renouvellement du permis de l'aéroport de Liège pour une durée de 20 ans.

Sur le même sujet

Pétition Liege Airport: première audition ce lundi au Parlement wallon

Regions Liège

Laurent Jossart prend les manettes de Liège Airport

Regions Liège

Articles recommandés pour vous