Exposition - Accueil

À travers le monde, les musées s’unissent pour combattre les clichés autour de la santé mentale

À Tokyo, le Mori Art Museum accueille ainsi, jusqu’au 6 novembre, l’exposition "Listen to the Sound of the Earth Turning : Our Wellbeing since the Pandemic".

© Photographie Courtesy of Kenji Taki Gallery, Nagoya/Tokyo

Près d’une personne sur huit dans le monde vivrait avec un trouble mental, selon l’Organisation mondiale de la santé. Le phénomène est tel que de nombreux musées internationaux repensent leurs missions pour se saisir de cette question de société.

C’est le cas du Brooklyn Museum à New York, du Museum of Art and Photography à Bangalore, du Mori Art Museum à Tokyo, et du Martin-Gropius-Bau à Berlin. Ces quatre institutions muséales participent actuellement au projet "Mindscapes", lancé en février par la fondation caritative britannique Wellcome. Le festival Hamwe au Rwanda et la bibliothèque publique de Los Angeles prennent aussi part à ce vaste programme d’un an, qui vise à intégrer une réflexion culturelle aux discussions sur la santé mentale.

Pour Danielle Olsen, responsable des partenariats culturels de Wellcome, cette approche multidisciplinaire est nécessaire pour venir en aide aux 970 millions de personnes dans le monde souffrant d’un trouble psychique. "La science ne peut pas faire ce travail toute seule", a-t-elle déclaré dans un communiqué. "En travaillant en étroite collaboration avec des praticiens de la culture […] et en réunissant des personnes ayant des antécédents disciplinaires et professionnels très variés, nous nous intéressons à ce que nous pouvons faire ensemble, et non pas seuls".

Force est de constater qu’il y a urgence à agir. L’Organisation mondiale de la santé s’est inquiétée, dans un rapport publié en juin, du manque de moyens déployés pour faire face à ce que certains pourraient considérer comme le nouveau mal du siècle. Seulement 2% des budgets nationaux de la santé, et moins de 1% de toute l’aide internationale à la santé, sont consacrés aux troubles psychiques.

Un problème de santé publique qui dépasse les frontières

Le programme "Mindscapes" cherche à ouvrir le débat, les horizons et les champs d’action en organisant une grande variété d’activités culturelles dans six villes à travers le monde. À Tokyo, le Mori Art Museum accueille ainsi, jusqu’au 6 novembre, l’exposition "Listen to the Sound of the Earth Turning : Our Wellbeing since the Pandemic". Elle réunit près de 140 œuvres d’art créées par 16 artistes japonais et internationaux. Elles portent toutes sur des sujets ayant un lien avec la vie et l’existence, afin d’inciter le grand public à réfléchir à ce que signifie vraiment l’expression "vivre bien" dans un monde post-Covid.

À Berlin, les visiteurs du Martin-Gropius-Bau peuvent découvrir, jusqu’au 15 janvier 2023, une exposition axée sur le soin, la réparation et la guérison. "On Caring, Repairing and Healing" rassemble les perspectives multiples et parfois contradictoires de 26 artistes internationaux dont les œuvres s’inspirent des systèmes de connaissance autochtones et des Premières nations.

Ces problématiques sont également au cœur de la programmation du festival Hamwe, qui se déroulera du 9 au 13 novembre à Kigali, au Rwanda. La quatrième édition de cette manifestation culturelle, organisée par l’University of Global Health Equity, se penchera sur l’influence qu’a le patrimoine (matériel et immatériel) sur le bien-être mental de la collectivité.

Loading...

Si les troubles psychiques sont un enjeu individuel, ils restent un problème de santé publique. Les problèmes liés à la santé mentale sont toutefois encore tabous dans de nombreux pays, dont l’Inde, la terre natale d’Indu Antony. L’artiste visuelle lutte contre ce phénomène à travers l’exposition itinérante qu’elle a imaginée pour le projet "Mindscapes". Son nom : "Namma Katte" ("mon espace" en français). Elle prend la forme d’un espace de détente, où les femmes peuvent prendre le temps de réfléchir aux épreuves qu’elles doivent affronter au quotidien — et qui pèsent sur leur bien-être psychologique. "Parler de la santé mentale est considéré comme un certain privilège — la plupart des gens en Inde n’ont pas le temps ni l’espace pour s’asseoir et réfléchir profondément sur eux-mêmes", a expliqué Indu Antony à The Art Newspaper.

Les initiatives culturelles s’inscrivant dans le programme "Mindscapes" multiplient les expériences de vie et les prismes d’analyse pour nous inviter à envisager la santé mentale sous différents angles. "Nous espérons qu'[elles] inspirer[ont] des conversations sur la santé mentale plus pertinentes sur le plan culturel", confie Danielle Olsen.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous