Regions Liège

A Verviers, la motion anti-Breuwer a été déposée

© RTBF – François Braibant

13 déc. 2021 à 10:46Temps de lecture3 min
Par François Braibant

Les heures de l’échevin libéral verviétois Freddy Breuwer sont comptées. Ce jeudi en début d'après, l’autre échevin MR, Maxime Degey, a déposé une motion de méfiance individuelle constructive entre les mains de la secrétaire communale. Le point sera soumis au vote du conseil communal du 21 décembre prochain. C'est à ce moment que Freddy Breuwer devrait perdre sa qualité d'échevin. 

MR, PS, CDH et Nouveau Verviers unanimes

"La motion  été signée par l’ensemble des conseillers communaux MR sauf Freddy Breuwer lui-même" annonce Maxime Degey. "Elle est aussi signée par l’ensemble du CDH et l’ensemble du Nouveau Verviers". Le PS a signé à l’unanimité. Le groupe autour de Muriel Targnion ne signera pas la motion contre Freddy Breuwer "car on a assez souffert des motions à notre encontre" nous a précisé la bourgmestre Targnion.

C'est le MR, le parti de Freddy Breuwer lui-même, qui a décidé de retirer la prise. Il lui reproche de mettre ses partenaires politiques un peu trop souvent en porte-à-faux. L'homme ne garde jamais sa langue en poche, même quand ce qu'il va dire va mettre quelqu'un en difficulté. Ses partenaires politiques ont l'impression qu'il y prend plaisir. Rappelez-vous sa mésentente avec l'ancien bourgmestre cdh Marc Elsen. C'était déjà ça ! Avec Freddy Breuwer, la frontière entre partenaire et adversaire politique est floue. Mais reconnaissons qu'en politique, ceci n'est pas tout à fait exceptionnel.

Il faut lire le texte déposé ce lundi chez la directrice générale [téléchargeable en fin d'article] : Freddy Breuwer exerce son mandat sans concertation. Il met devant le fait accompli. Sa vision de l'urbanisme pose problème. Son mode de fonctionnement est problématique depuis longtemps. Il ne se remet jamais en question. Il a forcé la main au collège dans un dossier pour lequel il avait reçu des avis contraires - il s'agit de construction d'immeubles à appartements à Petit Rechain. Il a proposé dans la presse une consultation populaire sur le futur centre commercial... sans en discuter. Il s'est dit contre un nouvel hôpital au Jonckeu alors que les autres sont pour. Bref, la confiance est rompue. Amaury Deltour le remplacera comme échevin. 

Le MR explique que ce qui a posé problème, c’est non seulement la façon qu’a Freddy Breuwer de jouer solo, mais aussi sa manière de gérer certains dossiers d’urbanisme et de passer en force là où la fonctionnaire déléguée "qui représente l’ensemble des Wallons" a donné des avis négatifs. "Le dossier à Petit-Rechain est un exemple parmi d’autres. C’est un projet de quinze appartements. Ce n’est ni la première ni la dernière demande de permis qu’on reçoit au collège. Sauf que l’avis de la fonctionnaire déléguée était très négatif, comme l’était celui de la CCATM. Et lui a demandé au collège d’accepter le permis. C’est un exemple qui illustre le malaise qu’il y a dans la gestion de ce genre de dossier" explique Maxime Degey.

Il joue solo et ça dérange

"Les lignes ne se rejoignent plus entre sa formation politique et ce qu’il entreprend au sein de son échevinat." Les sorties publiques non concertées de l'échevin de l'urbanisme sur la construction d’un nouvel hôpital et sur une demande de consultation populaire dans le dossier Spintay n’ont rien arrangé : "on n’annonce pas des projets comme ça sur un plateau télé" s’offusque Maxime Degey. "Taper du poing sur la table avec Freddy Breuwer, plusieurs ont essayé par le passé, je me souviens d’un bourgmestre [le CDH Marc Elsen] qui a perdu son poste il n’y a pas longtemps d’ici en ayant essayé et visiblement, ça ne fonctionne pas !"

Quant à une consultation populaire à propos de Spintay, Maxime Degey estime que ce n’est pas le genre de projet qui s’envisage à la légère, ni qui se lance dans la presse avant d’en discuter en collège, d’autant que c’est "avec un objectif qui est de mettre des bâtons dans les roues à un promoteur qu’on n’aime pas." De plus, "la consultation du citoyen ne peut pas être à géométrie variable. On ne peut pas vouloir consulter le citoyen quand on veut bloquer un projet et s’asseoir sur les avis de la fonctionnaire déléguée et de la CCATM quand on veut faire passer un autre projet. Ce n’est pas comme ça qu’on fait de la politique."

Avant de lancer la procédure contre Freddy Breuwer, le premier échevin libéral Degey assure avoir obtenu l'aval de toute la hiérarchie de son parti, jusqu'au président Bouchez. Dans l'opposition verviétoise, Ecolo sourit : "cette majorité a décidément la motion facile". Nous avons sollicité Freddy Breuwer ce lundi matin. Il nous a répondu par SMS en début de soirée : "je ne communique pas pour l'instant. Je prépare ma défense". 

 

 

Articles recommandés pour vous