Abattage sans étourdissement : des organisations musulmanes saisissent la Cour européenne des Droits de l’Homme

Abattage sans étourdissement : des organisations musulmanes saisissent la Cour européenne des Droits de l’Homme

© © Tous droits réservés

17 déc. 2021 à 16:21Temps de lecture1 min
Par Belga

L’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB) et le Conseil de coordination des institutions islamiques de Belgique (CIB) ont décidé de contester les interdictions flamande et wallonne de l’abattage d’animaux sans étourdissement devant la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH), annoncent-elles vendredi.

"La communauté musulmane espère que cette Cour fera triompher la raison sur ce dossier chargé en émotion", indiquent les organisations.

En septembre, la Cour constitutionnelle a rejeté les recours introduits contre l’interdiction wallonne et flamande de l’abattage d’animaux sans étourdissement préalable. Cette obligation générale de prévoir un étourdissement de l’animal (éventuellement réversible) est en vigueur dans les deux Régions depuis 2019.

Pour les associations musulmanes et juives qui avaient introduit les recours, il y avait là une violation de la liberté de religion. L’abattage rituel ne prévoit en effet pas d’étourdissement de l’animal, qui doit être intact avant la mise à mort.


►►► À lire : La Justice européenne conforte l'interdiction d'abattage d'animaux sans étourdissement


La Cour a admis que l’obligation générale d’abattage avec étourdissement restreint d’une certaine manière la liberté de religion des croyants juifs et islamiques, mais appuie également que "la protection du bien-être des animaux en tant qu’êtres sensibles constitue un objectif légitime d’intérêt général".

L’Exécutif des Musulmans de Belgique et le Conseil de coordination des institutions islamiques de Belgique ont donc décidé de se tourner vers la CEDH à Strasbourg

Sur le même sujet

La Cour européenne des droits de l'Homme veut répondre plus vite aux questions sociétales nouvelles

Monde Europe

Abattage sans étourdissement : sans accord au sein du gouvernement bruxellois le débat devrait rebondir au parlement

Regions

Articles recommandés pour vous