Icône représentant un article video.

Belgique

Accompagnement des victimes de l’attentat de Bruxelles : "On a voulu tirer les leçons", admet Valérie Glatigny

Accompagnement des victimes de l’attentat de Bruxelles : "On a voulu tirer les leçons", admet Valérie Glatigny

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 sept. 2022 à 08:06Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck sur base de l'Invité de Matin Première de Thomas Gadisseux

Ce lundi avait lieu l’audience préliminaire des attentats de Bruxelles, la première rencontre entre les accusés et les victimes. Cet accompagnement des victimes fait désormais partie des compétences de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Alors, qu’est-ce que la ministre Valérie Glatigny a mis en place ?

"On a voulu tirer les leçons de la Commission attentat du fédéral, qui a signalé que les victimes se sont senties abandonnées", explique la ministre. "Donc on a dégagé des montants (700.000 euros), pour mieux accompagner les victimes."

Qu’il y ait un assistant de justice qui puisse les informer quand il y a un changement dans les conditions de détention d’un auteur de fait, qu’on puisse faire une visite du lieu du procès en amont de celui-ci pour mieux appréhender les conséquences psychologiques, etc. Voici le type d’accompagnement désormais mis en place.

La ministre ressent-elle une sorte de devoir par rapport à l’échec qu’il y a eu au lendemain des attentats ? "Je pense que c’était un événement tout à fait inédit", justifie la ministre. "Comme toujours quand il y a un événement inédit, nous ne sommes pas préparés comme on le voudrait. Et donc il s’agit ici de tirer les leçons et de vraiment entendre les associations de victimes qui se sont senties pas suffisamment soutenues après l’événement."

A noter que cet accompagnement a été mis en place pour d’autres catastrophes, comme celle de Strépy-Bracquegnies.

Sur le même sujet

"Je suis un oublié des attentats du 22 mars" : Christian, le conducteur du métro de Maelbeek lors des attentats de Bruxelles, témoigne

Investigation

Procès des attentats à Bruxelles : Ibrahim Farisi, comme son frère Smail Farisi, doit être libéré

Justice

Articles recommandés pour vous