RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Accord de gouvernement Vivaldi : 3,5 milliards de dépenses nouvelles

30 sept. 2020 à 11:00Temps de lecture1 min
Par Himad Messoudi

Avez-vous remarqué le petit cochon tirelire devant Paul Magnette, sur la photo ci-dessus ? La petite histoire dit que chaque que le nom du président de la N-VA Bart De Wever était prononcé, il fallait contribuer. Même tarif lorsqu’il était question de Wouter Verschelden, un journaliste flamand très bien informé et qui publie, chaque jour, une newsletter très lue dans les cénacles politiques. La situation budgétaire est telle qu’il n’y a pas de petits profits…

La question du financement des nouvelles politiques a été extrêmement difficile à régler. Il y avait pour près de 11 milliards de dépenses sur la table et la Vivaldi a dû, bien douloureusement, faire le ménage.

Selon nos informations, à l’horizon 2024, il y aurait 3,540 milliards de nouvelles politiques. Parmi celles-ci, un gros paquet de mesures sociales (il est question d’environ 2 milliards avec les pensions en priorité), mais aussi, entre autres, un refinancement du rail (285 millions pour la SNCB, 245 millions pour Infrabel), de la Défense (200 millions), une réforme du statut d’artiste (autour de 70 millions), le congé de naissance, des avantages fiscaux en cas de formation, une modification du coefficient de correction pour les indépendants, la garde des proches, etc.

Et comment financer ces nouvelles politiques ?

C’est là où c’est vraiment très compliqué. Le motto "pas de nouvelles taxes" semblerait être respecté, en tout cas pour la population. Toujours à l’horizon 2024, la lutte contre la fraude doit rapporter 1 milliard, l’augmentation du taux d’emploi devrait rapporter 400 millions, les accises tabac 488 millions, le secteur pharmaceutique serait appelé à contribuer à hauteur de 250 millions, une revue des dépenses ("spending review") doit permettre de trouver 600 millions, une "taxe OCDE" se chiffrerait à 300 millions. Une taxe visant les géants du numérique rapporterait 100 millions.

Bref, c’est compliqué. En 2024, la Vivaldi tablerait sur un déficit de 4,1% du PIB.

 

Loading...

Sur le même sujet

Gouvernement Vivaldi: découvrez le contenu de l'accord du nouveau gouvernement belge

Belgique

Articles recommandés pour vous