RTBFPasser au contenu
Rechercher

Aéroport de Charleroi : Crucke adresse un carton jaune à la direction

Aéroport de Charleroi : Crucke adresse un carton jaune à la direction
01 oct. 2020 à 17:31Temps de lecture2 min
Par Nicolas Rondelez

Depuis le début de la crise sanitaire, l’aéroport de Charleroi vit des heures sombres. L’activité est réduite à presque rien. 40% des membres du personnel sont en chômage économique, des mesures liées à la crise qui permettent actuellement d’éviter les licenciements. Mais ces mesures s’éteindront le 31 décembre. Si elles ne sont pas reconduites, ce pourrait être la catastrophe. A la fin du mois d’août, le ministre wallon en charge des aéroports a demandé à la direction du BSCA de lui remettre rapidement un plan de relance à court et moyen terme. Un plan stratégique permettant d’obtenir les liquidités nécessaires pour rester à flot. Rien n’est venu. Impatient de voir la direction bouger pour pérenniser l’avenir de l’aéroport, le Ministre Jean-Luc Crucke ne veut plus attendre.

Un ultime rappel et un plan qui arrive soudainement

Lundi, en commission Budget au Parlement Wallon, Jean-Luc Crucke a fait le point sur la situation délicate dans laquelle se trouve l’aéroport. Au mois d’août, il avait parlé d’un ouragan. Il en a profité pour rappeler qu’il attendait toujours le plan stratégique visant à garantir la relance, diversifier les activités… Bref, garantir l’avenir économique et social du BSCA.

En urgence, un comité stratégique s’est tenu mardi dont n’est sorti selon le ministre qu’un catalogue de projets pas vraiment neufs. En tout cas pas le plan stratégique à 10 ans réclamé par Jean-Luc Crucke qui a dès lors, comme il l’avait annoncé, pris ses responsabilités.

Pas de chasse à l’homme, mais quand même

Ce matin, Jean-Luc Crucke a obtenu l’autorisation du gouvernement d’agir. Rappelons que la Wallonie est l’actionnaire majoritaire de l’aéroport. Le ministre va prendre trois directions :

  1. Il va recommander au conseil d’administration de renforcer le management autour de la direction.
  2. Il va prendre contact en personne avec les autres actionnaires de l’aéroport.
  3. Il souhaite que soit revue la composition du conseil d’administration, le professionnaliser avec des membres qui ont de réelles connaissances en gestion aéroportuaires.

Tout cela ressemble un peu à une remise en question de l’actuelle équipe dirigeante. Même si le ministre se défend de vouloir la tête de quiconque et affirme vouloir travailler dans le respect des uns et des autres. Et particulièrement des 2000 travailleurs directs et des 6000 travailleurs indirects dont l’emploi, dit-il, doit impérativement être préservé.

Articles recommandés pour vous