Affaire Chovanec : le Comité P pointe un problème de culture au sein de la police aéronautique

Affaire Chovanec : le Comité P pointe un problème de culture au sein de la police aéronautique

© LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

09 déc. 2020 à 17:50 - mise à jour 09 déc. 2020 à 17:50Temps de lecture2 min
Par Belga

Le Comité P pointe un problème de culture au sein de la police aéronautique. Dans un rapport remis à la Chambre sur l’affaire Chovanec, l’organe de contrôle des services de police recense une série d'"éléments déclencheurs" qui auraient dû alerter plusieurs instances hiérarchiques sur les faits survenus en février 2018 à l’aéroport de Charleroi. Il relève aussi que les fameuses images de l’intervention policière visant à maîtriser le ressortissant slovaque avaient été vues par de nombreux membres du personnel de la police aéronautique sans qu’aucun d’eux ne juge nécessaire d’informer les autorités disciplinaires.


►►► À lire aussi : Tout comprendre à l’affaire Chovanec : le fil des événements, les dates et les personnages-clés


Jozef Chovanec est décédé le 27 février 2018 à l’Hôpital Marie Curie de Charleroi où il avait été transféré à la suite d’un malaise cardiaque survenu le 24 février vers 5h. Le citoyen slovaque, pris de délire, a été maîtrisé de manière brutale dans une cellule de l’aéroport. Il a subi un plaquage ventral pendant de longues minutes, la tête enveloppée dans une couverture avant de recevoir l’injection d’un calmant. Les agents sourient, une policière fait même un salut nazi.

Le numéro 2 de la police, André Desenfants, a repris ses fonctions

Le numéro 2 de la police fédérale, André Desenfants, a repris ses fonctions, a confirmé mercredi la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, en commission de la Chambre en réponse à une question de Tim Vandeput (Open Vld). Au mois d’août, le directeur-général de la police administrative avait décidé de se mettre en retrait de ses fonctions après la diffusion publique des images de l’intervention policière dans l’affaire Chovanec. L’enquête interne est toujours en cours mais il ressort des conclusions intermédiaires qu'"à aucun moment (M. Desenfants) n’a été mis au courant des images avant qu’elles ne soient diffusées dans les médias", a expliqué Mme Verlinden. S’il a été mis au courant de l’arrestation du citoyen slovaque par un article de presse, rien ne lui permettait de connaître la gravité des faits. Quant à la ministre, elle souhaite disposer des résultats définitifs de l’enquête avant de prendre d’éventuelles mesures. Le comité P a remis un rapport au parlement. Il sera examiné lundi par la commission de suivi du comité.

Affaire Chovanec: manquements pointés du doigt (JT du 10/12/202)

Affaire Chovanec : Manquements pointés du doigt

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous