Regions

Affaire Hicham Chakir : " Mon client a été approché, mais il a refusé d’aider les trafiquants"

© Tous droits réservés

17 oct. 2022 à 13:39Temps de lecture1 min
Par Marc Oschinsky

Hicham Chakir, conseiller communal PS de Molenbeek, a été interpellé le 22 septembre et remis en liberté le 7 octobre. Mais il reste inculpé de corruption passive et de blanchiment d’argent. Au cœur de l’affaire, un conteneur saisi au port d’Anvers, contenant 400 kilos de cocaïne. Un policier fédéral de la police des chemins de fer aurait approché plusieurs douaniers, allant jusqu’à leur offrir une somme d’un million d’euros pour qu’ils indiquent le lieu où ce conteneur avait été entreposé. Or, depuis plus de 15 ans, M. Chakir est douanier.

" Je confirme que mon client a été approché, explique Maître Karim Sedad, son avocat. Mais il a refusé et a immédiatement alerté les autorités. S’il n’avait pas fait correctement son travail, il n’y aurait pas de dossier. "

Au cours d’une des perquisitions qui ont été ordonnées chez M. Chakir, les enquêteurs ont trouvé la somme de 50.000 euros, en cash. Ici aussi, M° Sedad a une explication : " Cette somme peut en effet paraître impressionnante quand on est un particulier qui ne dispose que de son salaire. Mais cet argent n’a aucune origine frauduleuse. M. Chakir a également une activité dans l’événementiel. Rien n’interdit, dans la loi belge, les paiements comptant en dessous de 3000 euros. Il s’agit, par exemple, d’acompte pour des fêtes de mariage. Mon client a prouvé l’origine légale des fonds. "

SI M. Chakir est à la fois douanier et actif dans l’évènementiel, il est également membre du PS, et même conseiller communal à Molenbeek. Du côté du parti, aucune mesure n’a été prise à son encontre. Du moins pas encore, mais la procédure suit son cours : selon nos informations, il doit être entendu ce lundi par la Commission de vigilance de la Fédération du Parti socialiste bruxellois. A charge pour les deux rapporteurs d’établir si, en l’attente d’une décision de justice, il convient de lui demander de faire un pas de côté, pour conserver la sérénité au sein du parti et ne pas écorner son image.

Enfin, nous avons sollicité une réaction de Catherine Moureaux, la bourgmestre de Molenbeek. Elle s’en tient à un " No comment " et renvoie à la Commission de vigilance.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous