Monde

Affaire Navalny : Berlin fixe un ultimatum de quelques jours à Moscou

Angela Merkel et son ministre des Affaires étrangères mettent chacun à leur façon la pression sur Moscou dans le dossier Navalny.

© HANNIBAL HANSCHKE - AFP

06 sept. 2020 à 16:38 - mise à jour 06 sept. 2020 à 16:38Temps de lecture2 min
Par F.C. (avec agences)

Le bras de fer germano-russe autour d’Alexeï Navalny s’est durci. Berlin a fixé un ultimatum pour avoir des explications sur l’empoisonnement de l’opposant russe avant de possibles sanctions. De son côté, Moscou a accusé l’Allemagne de retarder l’enquête.

Pour le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, si les autorités russes ne parviennent pas à faire la lumière sur l’empoisonnement présumé, les soupçons retomberont sur Moscou. "Fixer des ultimatums n’aide personne, mais si dans les prochains jours la partie russe ne contribue pas à clarifier ce qui s’est passé" concernant la bête noire du Kremlin, "alors nous allons devoir discuter d’une réponse avec nos partenaires", a averti Heiko Maas dans le quotidien Bild.

Gazoduc en question

Il a ajouté qu’en cas de sanctions, elles devraient être "ciblées" et n’a pas totalement exclu un impact sur le projet phare de gazoduc Nord Stream 2, entre la Russie et l’Europe. Même son de cloche du côté de la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a indiqué que la question de répercussions sur le projet de gazoduc, qui doit permettre d’acheminer du gaz de la Russie vers l’Allemagne, dépendrait de l’attitude de Moscou pour faire la lumière sur ce qui est arrivé à Alexeï Navalny.


►►► À lire aussi : Empoisonnement de Navalny : l’Allemagne accroît la pression sur Moscou


"J’ai toujours dit que je n’aimais pas le projet Nord Stream 2", a déclaré Annegret Kramp-Karrenbauer. "Pour moi, il a toujours été clair que les intérêts sécuritaires des États d’Europe de l’est et de l’Ukraine devaient être pris en considération." Priée de savoir si l’Allemagne était prête à prendre des mesures de rétorsion vis-à-vis du projet, Annegret Kramp-Karranbauer a déclaré : "Ce qui se passe maintenant dépend du comportement de la partie russe."

Dissocier les deux affaires

Angela Merkel, qui soutient le projet, a dit que le chantier Nord Stream 2 devait être dissocié de l’affaire Navalny. Le gouvernement allemand a dit détenir la preuve que Navalny avait été empoisonné par un produit de la famille du Novitchok, déjà utilisé contre l’ancien espion russe Sergueï Skripal en 2018 en Grande-Bretagne. Moscou assure, pour sa part, n’avoir vu aucune preuve qu’il a été empoisonné.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous