RTBFPasser au contenu
Rechercher

C'est vous qui le dites

Affaire Roméo Elvis : balancer sur les réseaux sociaux, est-ce comme ça que ça doit se passer ?

Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd'hui, c'est comme ça que ça doit se passer ?
10 sept. 2020 à 10:17 - mise à jour 10 sept. 2020 à 10:17Temps de lecture3 min
Par C'est vous qui le dites

Roméo Elvis a présenté ses excuses après avoir été accusé d’agression sexuelle sur une jeune femme. L’affaire a éclaté il y a un peu plus de 24h sur les réseaux sociaux, une femme accuse le frère d’Angèle de l’avoir agressée sexuellement, elle publie d’ailleurs des messages d’excuses du rappeur qui dit n’avoir pu contrôler une pulsion débile, qu’il regrette son attitude. Hier, dans l’après-midi, Roméo Elvis a réagi publiquement en postant un message d’excuses pour ces faits, en espérant servir d’exemple à ne pas suivre. Angèle, interpellée par de nombreuses personnes, a elle aussi publié un message pour condamner de tels actes.

Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, c’est comme ça que ça doit se passer ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

Voici quelques moments forts de l'émission… 

Affaire Roméo Elvis: balancer sur les réseaux sociaux, est-ce comme ça que ça doit se passer ?
Affaire Roméo Elvis: balancer sur les réseaux sociaux, est-ce comme ça que ça doit se passer ? Atit Phetmuangtong / EyeEm - Getty Images/EyeEm

"Je suis tout à fait contre"

Isabelle, une auditrice originaire de Bauffe, en province de Hainaut, est intervenue sur notre antenne à ce sujet : "Je suis tout à fait contre l'utilisation des réseaux sociaux pour remplacer la justice ! Il vaut mieux une justice qui ne va pas assez vite qu'un tribunal populaire. Pour moi, la justice part d'un présumé innocent vers le fait de prouver la culpabilité tandis que les réseaux sociaux partent de présumé coupable vers le fait de prouver l’innocence et ça, c'est selon moi un retour en arrière!"

La jeune femme devait se tourner vers la justice et déposer plainte et non pas dénoncer ça sur les réseaux sociaux !

Isabelle n'en démord pas, il fallait se tourner vers la justice et non vers les réseaux sociaux : "Dans l'affaire qui nous intéresse, la jeune femme devait se tourner vers la justice et déposer plainte et non pas dénoncer ça sur les réseaux sociaux. Le rôle de la justice - qui a fait des études en ce sens - est de juger la situation suite à une enquête qu'elle aura réalisé. Certes, c'est dommage que ce ne soit pas toujours pris au sérieux quand on dépose plainte mais selon moi, sur les réseaux sociaux, c'est encore moins pris au sérieux!"

Affaire Roméo Elvis: Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, c’est comme ça que ça doit se passer ?
Affaire Roméo Elvis: Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, c’est comme ça que ça doit se passer ? Kornburut Woradee / EyeEm - Getty Images/EyeEm

"Il faut suivre la voie traditionnelle"

À Wépion, en région namuroise, Jean partage cet avis : "Il faut suivre les filières normales parce que balancer sur les réseaux sociaux, c'est ouvrir la voie à tous les dérapages ! Pour une personne qui est effectivement coupable, combien de dizaines d'autres vont être accusées à tort ? Ici, c'est à raison, certes mais pour combien, ça ne l'est pas ? Quiconque veut se venger à tort d'une personne risque de la jeter en pâture, de façon aléatoire et fausse, sur les réseaux sociaux. La voie traditionnelle fonctionne très bien même si elle est plus lente. Le hashtag #balancetonporc a été inventé pour que ça aille plus rapidement et non pas pour systématiquement utiliser les réseaux sociaux pour dénoncer de tels faits ! Aucun principe ne permet d'accuser injustement une personne, surtout que vous risquez de détruire la vie d'un individu innocent."

Affaire Roméo Elvis: Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, c’est comme ça que ça doit se passer ?
Affaire Roméo Elvis: Balancer sur les réseaux sociaux, aujourd’hui, c’est comme ça que ça doit se passer ? Peter Dazeley - Getty Images

"C'est la bonne chose à faire..."

Direction Jupille, en région liégeoise, où Patricia témoigne : "Pour moi, c'est la bonne chose à faire, surtout qu'ici c'est un personnage public donc il y a beaucoup plus d'impact quand c'est livré de cette façon sur le net. Cependant, il faut voir les circonstances... Ici, il a reconnu les faits mais on ne sait pas ce qui s'est réellement passé pour autant. Donc il faut prendre ça avec des pincettes car il reconnaît avoir eu les mains baladeuses mais on ne sait pas si le fait en tant que tel était grave. Il a peut-être juste été lourd avec la jeune femme. Pour moi, la limite est là : à partir du moment où on vous bloque et on vous force à embrasser quelqu'un ou on vous tripote, là c'est une agression sexuelle. Mais quand un jeune idiot qui a bu un verre veut vous draguer et vous met la main aux fesses, ça ne doit pas se faire, mais ce n'est pas une agression pour autant."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l'émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Articles recommandés pour vous