Monde

Afghanistan : des centaines de personnes déplacées par la guerre rentrent dans l’Est du pays

Des enfants afghans déplacés à l'intérieur du pays regardent par la fenêtre d'un bus alors qu'ils rentrent chez eux à l'est, au camp du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans la banlieue de Kaboul, le 28 juillet 2022.

© AFP

28 juil. 2022 à 15:20Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par K.D.

Des centaines d’Afghans, déplacés ces dernières années par les violences et qui avaient trouvé refuge à Kaboul, ont quitté jeudi la capitale pour rentrer chez eux dans l’est du pays, presque un an après la fin du conflit qui les avait contraints à fuir.

Près de 1600 personnes – hommes, femmes et enfants – sont retournées vers leurs provinces d’origine, avec l’aide du Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés, a constaté un journaliste de l’AFP.

Chaque famille a reçu 200 dollars (197 euros) en liquide pour acheter de la nourriture et des produits de première nécessité, selon le HCR.

 

Déplacés

Des millions d’Afghans ont été déplacés par les deux décennies d’insurrection menée par les talibans, qui a pris fin avec leur retour au pouvoir mi-août 2021 et le départ dans la foulée des dernières troupes américaines.

Même si notre maison avait été frappée et endommagée par les mortiers, nous la reconstruirions

"C’est une merveilleuse journée, nous rentrons chez nous", a déclaré à l’AFP Sardar Wali, 45 ans, un paysan originaire de la province de Laghman, qui avait fui pour Kaboul quelques mois avant l’arrivée au pouvoir des talibans.

"Même si notre maison avait été frappée et endommagée par les mortiers, nous la reconstruirions", a-t-il ajouté.

La plupart de ces déplacés ont dû vivre sous tente dans la capitale, et ceux qui ont tenté de louer des maisons ont souvent fini par constater qu’ils ne pouvaient pas se permettre la dépense.

"Nos enfants ramassent des morceaux de plastique et mon mari est vieux. Nous ne pouvons nous permettre de vivre ici", a ainsi expliqué Pari Gul.

"Tout le monde aime vivre dans son village"

L’économie afghane est en ruines et des dizaines de milliers de personnes ont perdu leur emploi en raison du gel par la communauté internationale de l’aide qui permettait de financer près de 75% du budget afghan, après le départ des Américains.

On part, en se disant qu’au moins on rentre chez nous

Environ 3,5 millions de personnes restent déplacées en Afghanistan, selon le HCR.

Beaucoup souhaiteraient rentrer chez elles. "Tout le monde aime vivre dans son village", a souligné Huma, 36 ans, se préparant à monter dans un bus. "Alors on part, en se disant qu’au moins on rentre chez nous".

Sur le même sujet

Afghanistan : au moins 29 morts à déplorer dans des inondations touchant l'est du pays

Monde

Talibans au pouvoir en Afghanistan : l’UE "particulièrement inquiète" pour les femmes

Monde

Articles recommandés pour vous