Monde

Afghanistan : un grand conseil réunit des milliers de participants pour légitimer le régime taliban, deux personnes abattues

Femmes afghanes.

© Getty

30 juin 2022 à 08:12 - mise à jour 30 juin 2022 à 12:37Temps de lecture2 min
Par Belga, mise en ligne par K. Dero

Deux hommes armés ont été abattus jeudi à Kaboul par des combattants talibans, près du lieu où se déroulait un grand conseil réunissant des milliers d'érudits religieux et d'aînés tribaux, qui devraient légitimer le régime fondamentaliste islamiste au pouvoir en Afghanistan.

Selon des responsables talibans, les deux hommes ont commencé à tirer depuis le toit d'un immeuble près du lieu du rassemblement, avant d'être "rapidement éliminés par les moudjahidines".

Des milliers d’érudits religieux et d’aînés tribaux venus de toutes les régions d’Afghanistan participent à partir de jeudi dans la capitale Kaboul à un grand conseil, qui devrait légitimer le régime fondamentaliste islamiste des talibans.

Les autorités n’ont fourni que très peu de détails sur ce rassemblement convoqué par les talibans et réservé uniquement aux hommes. Les médias n’ont pas été autorisés à y assister.

Il est décrit comme une "jirga", une assemblée traditionnelle d’anciens au sein de laquelle les divergences doivent normalement être réglées par consensus.

Cet événement intervient une semaine après que le sud-est du pays a été frappé par un séisme ayant fait plus de 1000 morts et des dizaines de milliers de sans-abri.

Des responsables américains devaient discuter jeudi au Qatar avec de hauts représentants talibans d’un mécanisme pour débloquer des fonds afghans, Washington cherchant à s’assurer qu’ils sont utilisés à des fins humanitaires.

"Jirga"

Depuis le retour des Talibans au pouvoir, à la mi-août, l’Afghanistan est plongé dans une profonde crise économique et humanitaire, la communauté internationale ayant fermé les vannes de l’aide financière qui portait le pays à bout de bras depuis deux décennies.

Une source talibane a affirmé à l’AFP que les participants au conseil seraient autorisés à critiquer le pouvoir en place et que des sujets épineux, tels que l’éducation des filles – qui fait l’objet de débat au sein même du mouvement -, seraient au programme de la "jirga", qui doit durer trois jours.

Les femmes ne sont pas autorisées à y assister. Le vice-Premier ministre, Abdul Salam Hanafi, a estimé mercredi sur la chaîne de télévision publique RTA que cela n’était pas nécessaire, car elles seront représentées par des parents masculins.

Les talibans assurent avoir le soutien d’une très large majorité de la population. Mais ils sont revenus à l’interprétation ultra-rigoriste de l’islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir, entre 1996 et 2001, restreignant très fortement les droits des femmes.

Ils les ont largement exclues des emplois publics, ont restreint leur droit à se déplacer et ont interdit l’accès des filles au collège et au lycée. Les femmes se sont aussi vues imposer le port du voile intégral, couvrant le visage, pour toute sortie en public.

Sur le même sujet

Afghanistan : au moins 29 morts à déplorer dans des inondations touchant l'est du pays

Monde

Un an de régime taliban en Afghanistan : "Je suis heureux que les infidèles soient partis"

Monde

Articles recommandés pour vous