RTBFPasser au contenu

Hockey

Aisling D’Hooghe : Une vie à 200 à l’heure

Aisling D’Hooghe : Une vie à 200 à l’heure avec Guillaume François

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 mai 2022 à 10:533 min
Par Christophe Reculez
© Instagram Aisling D'Hooghe

Aisling d’Hooghe fêtait, ce samedi, sa 200ème cap avec l’équipe nationale à l’occasion de l’affrontement face à l’Espagne en Pro-League (Belle victoire 3-0). Une décennie passée avec les Red Panthers avec des joies immenses (le titre de vice-championne d’Europe en 2017, des JO de Londres à 17 ans seulement) mais aussi des déceptions (non-qualification aux Jeux depuis dix ans).

" Mais je ne pense pas que, dans la balance, on peut parler de déceptions plus grandes que de joies. Franchement, dans ce cas, l’ensemble de l’équipe aurait arrêté de sacrifier autant de temps à l’équipe. Il y a eu parfois des critiques mais je n’y porte pas attention. ", explique la numéro 21 des Red Panthers.

Dix années à représenter son pays malgré une vie à cent à l’heure. Entre vie en Red Panthers, le Waterloo Ducks en club, un poste d’échevine à Waterloo et, depuis 15 mois, une vie de maman. " En effet, c’est parfois un peu chaud de tout combiner. Heureusement, on est entourés d’une famille et de proches qui nous aident beaucoup. Et puis, c’est une joie incroyable au quotidien. Après la non-qualification pour Tokyo, je me suis dit que c’était le bon moment. Et, au final, je n’ai arrêté de jouer que quelques semaines. J’ai repris le hockey six semaines après mon accouchement. J’ai simplement loupé l’Euro 2021, qui avait été avancé en juin (NDLR : au lieu d’aout 2021 suite au report des JO à la même période). C’était trop court pour revenir à temps. "

Depuis, la brabançonne jongle entre ses différentes casquettes. Un agenda pas simple à organiser. Surtout quand on partage la vie d’un autre sportif : Guillaume François.

" Honnêtement, j’ai une vie un peu plus simple avec, presque, des horaires de bureau. ", plaisante le défenseur de l’Union Saint-Gilloise. " Je m’entraine le matin, parfois l’après-midi. Aisling, elle a ses réunions au boulot, ses entrainements en équipe nationale et en club le soir. Franchement, les sacrifices sont clairement de son côté. Mais les weekends, c’est plus compliqué. Il est arrivé que j’aille voir un de ses matches et que je lui laisse rapidement le petit pour pouvoir partir disputer le mien ".

 

Une vie de sportif de haut niveau qui connait néanmoins quelques différences. En hockey, surtout du coté féminin, il est rare de pouvoir vivre exclusivement de son sport. " Mais je n’y vois aucun problème ", précise Aisling D’Hooghe. " En plus, honnêtement, je ne pense pas que j’aimerais, comme Guillaume depuis ses 18 ans, être exclusivement accaparé par mon sport. J’ai besoin de faire d’autres choses. D’ailleurs, je ne pense pas que j’aurais tenu si longtemps dans le hockey si cela avait été le cas. De toute façon, la question ne se pose pas aujourd’hui. L’ampleur du hockey et sa médiatisation ne le permet pas ".

Néanmoins, la balance reste largement déficitaire selon Guillaume François. " C’est encore plus flagrant chez les Red Lions. Un footballeur qui serait champion olympique, du monde et d’Europe, il est évident que, financièrement, sa vie serait réussie. Mais il est toujours difficile de comparer les sports ".

Et puis, en guise de récompense, il reste la fierté de porter le maillot de son pays. " Aisling compte désormais 200 caps. Me concernant, j’aurais rêvé simplement d’en avoir une. Je vois passer, dans la machine à laver, ses maillots de l’équipe nationale. C’est quelque chose qu’elle relativise mais porter ce maillot, avoir disputé les Jeux Olympiques, avoir si souvent chanté la Brabançonne, cela reste incroyable ".

L’année 2022 pourrait en tout cas être mémorable pour les D’Hooghe-François. Après la magnifique saison de l’Union du coté de Guillaume, Aisling aura à cœur de faire aussi bien à la prochaine Coupe du Monde en juillet.

" On vise clairement de sortir des poules. Nos derniers résultats en Pro-League prouvent notre montée en puissance. Après, cela dépendra beaucoup de nos adversaires lors des matchs à élimination directe ". Une belle performance pour confirmer la médaille de Bronze obtenue lors de l’Euro 2021. Avant de s’attaquer au rêve ultime : retrouver les JO à Paris en 2024.

Articles recommandés pour vous