RTBFPasser au contenu
Rechercher

Histoire des contes

Aladdin : Il vole pour survivre mais son cœur est grand

L’Histoire surprenante des contes de fées

Episode 6 : Aladdin

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

03 janv. 2022 à 08:00Temps de lecture3 min
Par Christian Rousseau

Il vole pour survivre mais son cœur est grand. Et c’est grâce à sa gentillesse et sa générosité – et aussi au petit coup de pouce d’un certain génie - qu’il conquerra la belle princesse Jasmine, malgré les embûches semées par le cruel vizir Jafar.

Jusqu’ici, notre histoire ressemble à un conte de fée des mille et une nuits… Pourtant, on dit que les aventures d’Aladdin et sa lampe merveilleuse ne viennent pas du célèbre recueil. On dit aussi qu’Aladdin n’était pas aussi sympathique que ce que les studios Disney ont bien voulu nous faire croire, que sa princesse s’appelait en vérité Badroulboudour … et que le génie enfin, offrait plus que trois vœux. 

Et vous, si vous pouviez faire un vœu, quel serait-il ? On dit que ce choix en dit long sur celui ou celle qui le formule. Une chose est sûre, il changera le cours de votre destin, alors choisissez bien… 

 

L’histoire

Il était une fois, dans un lointain pays d’Orient appelé Agrabah, un jeune orphelin du nom de Aladdin, et son petit singe Abu. Comme il était fort pauvre, Aladdin devait parfois voler pour se nourrir. Mais au fond de lui, il avait le cœur aussi pur qu’un diamant bleu.

Un jour, Aladdin et Abu se promenaient dans les souks à la recherche de quelque nourriture à chaparder. C’est là qu’il aperçut une très belle jeune femme. Bien que sa cape cachait ses cheveux et une partie de son visage, sa beauté était resplendissante et dépassait tout ce que l’imagination peut concevoir. La jeune fille semblait un peu perdue entre les étals de poissons et d’épices, mais elle souriait et semblait admirative de tout (…).

C’est ainsi qu’Aladdin et Jasmine firent connaissance. Ils passèrent de longues heures dans les rues d’Agrabah, à rire, à discuter de tout, à admirer le coucher de soleil. Jasmine avoua à Aladdin qu’elle devait se marier et qu’elle s’était enfuie de chez elle.

Soudain, un soldat du palais fit irruption devant eux et se jeta sur le jeune homme pour le ligoter. Le mot " voleur " fut prononcé. Là-dessus, à la surprise générale, Jasmine jeta sa capuche en arrière : elle révéla son identité et ordonna la libération du jeune homme. Mais le soldat ne pouvait rien faire, étant sous les ordres d’un certain Grand Vizir nommé… Jafar. Aladin fut donc jeté en prison et Jasmine rentra au palais, bien décidée à faire libérer ce dernier (…).


Dans la prison d’Agrabah, plongée dans une obscurité quasi totale, Aladdin était heureusement bien vivant… Et il n’en revenait toujours pas d’avoir rencontré la princesse Jasmine. Il était tout absorbé dans ses pensées quand il vit apparaître un vieillard devant lui. Le vilelilar avait un marché à lui proposer… un marché qui pourrait bien changer la destinée du brigand au grand cœur…
 

La vérité sur l’histoire

Les origines du conte d’Aladin et la lampe merveilleuse sont assez nébuleuses… On sait que l’origine est arabo-perse et c’est tout. Parce que, contrairement à une idée reçue, il ne fait pas du tout partie des célèbres mille et une nuits. En fait il n’a été rajouté dans le fameux recueil qu’au XVIIIè siècle quand un célèbre orientaliste, Antoine Galand, s’est attaché à le faire traduire…

Quant à Aladdin, il est loin de ressembler au sympathique personnage que Walt Disney a façonné quelques siècles plus tard… Dans le conte original, Aladdin est le fils d’un pauvre tailleur et il n’est pas très sympathique. Il est même décrit comme “méchant, opiniâtre, désobéissant et flemmard”. Son père va bien essayer de lui apprendre son métier de tailleur mais Aladdin est si indiscipliné et paresseux que son père va en être très malheureux et en mourra… 

Ensuite, quand il tombera amoureux de la princesse, il utilisera des procédés pour le moins élégants afin d’obtenir sa main. Il commence par acheter la princesse en apportant des trésors toujours plus somptueux au sultan puis, le sultan ayant finalement offert la main de sa fille au fils du grand vizir, Aladdin fera amener le lit de noces de la princesse chez lui au soir du mariage… 

En revanche, contre toute attente, une fois qu’il aura la lampe, et ce bien avant de conquérir la princesse, Aladin aura passé de nombreuses années à ne souhaiter qu’une chose : de la nourriture pour lui et sa mère. 

Ainsi se dévoile la morale du conte original d’Aladdin et la lampe merveilleuse qui nous enseigne l’importance de ne rien souhaiter au-delà de ce dont on a réellement besoin…

 

 

Sur le même sujet

Tarzan : C'est le rêve du paradis perdu

Histoire des contes

Ulysse : un roi rusé

Histoire des contes

Articles recommandés pour vous