Regions Liège

Alice, 22 ans, première pompière volontaire à la zone de secours de Liège

Alice Kesenne en formation à la zone de secours de Hesbaye

© F. Dubois RTBF

C’est une première pour la zone de secours de Liège. Depuis janvier, une jeune femme a intégré le service.

Alice Kesenne, c’est son nom, est stagiaire pompière volontaire au poste avancé de Flémalle.

Ce samedi, elle était en formation pratique du côté de Waremme avec d’autres stagiaires, tous masculins ceux-là. La mission : une première intervention avec une lance haute pression. Pour cela, Alice et les autres candidats déroulent les tuyaux, les raccordent à une bouche d’incendie, testent la lance puis il faudra vider, enrouler, ranger. Le tout le plus rapidement possible avec méthode pour être efficace le jour où l’intervention aura lieu.

A 22 ans, Alice Kesenne, étudiante en communication, est en passe de réaliser son rêve : devenir pompière.

"C’est un métier qui m’a toujours plu. Je fais beaucoup de sport. J’ai fait l’école des cadets, maintenant je suis à Liège comme volontaire et prochainement j’entrerai à Bruxelles comme professionnelle". Comme pour les hommes, la motivation est essentielle : " c’est vraiment du don de soi, aider les autres, mettre un peu sa vie privée de côté quand on sait qu’on va partir, on peut être appelé à toute heure du jour et de la nuit".

Alice Kesenne entourée de deux collègues écoute attentivement les explications du formateur
Alice Kesenne entourée de deux collègues écoute attentivement les explications du formateur © F. Dubois RTBF

Les femmes représentent encore moins de 5% de l’effectif des pompiers dans le pays.
Les stéréotypes ont la vie dure Sergent Mickael Robert, chargé du recrutement : "les émissions comme Chicago Fire montrent des pompiers super musclés comme dans les calendriers. Il faut que les filles et les femmes sachent que le métier de pompier est un travail d’équipe. En intervention, on est minimum 2 et on s’entraide. Tous les pompiers ne sont pas comme ceux des calendriers, c’est un métier accessible à tous avec un minimum d’entraînement, une condition physique correcte et une bonne santé. C’est vrai qu’il y a quelques années, la position de la femme au sein des zones de secours était difficile mais les mentalités évoluent". Il faut savoir aussi que pompier volontaire ne veut pas dire bénévole. Les volontaires sont payés à la prestation.


En France, les pompières sont plus nombreuses, à Bruxelles aussi mais à Liège, c’est une première : "au début, les gens se posaient des questions comment cela va se passer avec une femme chez nous mais au final tout va bien et ça ne change pas grand-chose. Il y a bien eu quelques petites piques mais rien de méchant ", ajoute Alice Kesenne.


Alice Kesenne ouvrira peut-être la porte à d’autres vocations de jeunes femmes, il manque de pompières et de pompiers volontaires dans tout le pays.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous