Regions Bruxelles

Allocation loyer à Bruxelles: l'audit interne a épluché les circonstances du retard à l'allumage

© © Tous droits réservés

La nouvelle allocation loyer mise en place en Région bruxelloise à l'attention d'un public précaire est un succès dans de nombreux domaines, notamment à la lumière des précédents systèmes, et un effort de simplification administrative importante tant pour les citoyens que pour l'administration. Son introduction le 1er octobre de l'année dernière a toutefois précédé la disponibilité de l'outil permettant de traiter ces allocations, en juillet dernier.

Telles sont les principales conclusions de l'audit interne du Service Public Régional de Bruxelles (SPRB) portant sur le nouveau système d'allocations loyer géré par la Direction Allocations Loyer et Logements Inoccupés (DALLI) de Bruxelles Logement (BL).

L'audit interne estime que cela est principalement dû à deux raisons. "D'une part, il n'y a pas eu de coordination entre le temps estimé pour le développement de l'application de gestion CRM (ndlr: des relations avec la clientèle) par Bruxelles Logement et Bruxelles ConnectIT (un an à partir de l'attribution) et le temps disponible entre cette attribution et la date de mise en œuvre des nouvelles réglementations imposées par le cabinet de tutelle (3,5 mois). D'autre part, les procédures pour obtenir des sources authentiques conformes au Règlement Général de Protection des Données sont plus compliquées et chronophages que prévu". 

Selon la copie du rapport d'audit obtenue lundi à bonne source, ces causes ont notamment pour conséquences des milliers de demandes non traitées pendant près d'un an et des milliers d'allocations non payées avec un public précaire. 

L'ensemble des groupes s'étaient rejoints au parlement bruxellois en juillet dernier pour déplorer le retard pris dans le paiement de l'allocation loyer nouvelle mouture accordée à des ménages qui sont dans les conditions d'accéder au logement social sans pouvoir le faire. 

Mais entre l'opposition et la majorité, les points de vue divergeaient sur les responsabilités de ce retard. L'administration est pointée du doigt par certains qui ont également critiqué en commission l'attitude de la secrétaire d'Etat au Logement Nawal Ben Hamou (PS) qui a annoncé au début de l'été un rattrapage du retard d'ici la fin de l'été. 

Lundi, l'opposition N-VA a remis le couvert en estimant que l'audit pointait une responsabilité de la secrétaire d'Etat au Logement dans ce retard. Le sujet sera abordé dès la semaine prochaine au parlement où il est à prévoir que tous ne partageront pas cette grille de lecture.

Articles recommandés pour vous