Alost ne veut plus accueillir des patients atteints du coronavirus venant de Bruxelles, déclare son bourgmestre

Christoph d’Haese, bourgmestre d'Alost.

© Belga

05 oct. 2020 à 18:16 - mise à jour 06 oct. 2020 à 06:11Temps de lecture2 min
Par RTBF

"Les limites de la solidarité médicale ont été atteintes" a déclaré à la VRT le bourgmestre N-VA d’Alost, Christoph d’Haese, en tant que représentant de la cellule de crise coronavirus de la ville, et donc des hôpitaux ASZ et Notre-Dame d’Alost (OLV). Depuis quelques jours, certains patients atteints du coronavirus ont été transférés de la région de Bruxelles à des hôpitaux d’autres régions, dont Alost.

"Il va sans dire que les gens ont besoin d’être aidés", dit D’Haese. "Ne pas le faire serait une négligence coupable". Mais "il y a des limites à la solidarité médicale, et je crois que cette limite est maintenant atteinte. Je suppose raisonnablement que le principe de base devrait être qu’un patient d’Alost devrait pouvoir aller dans un hôpital d’Alost, c’est aussi la chose la plus responsable médicalement à mon avis". Il souhaite également que les soins habituels et opérations programmées soient le moins impactés. Autre facteur : les finances. "Les interventions programmées diminuent en raison de la crise du coronavirus, ce qui a des conséquences sur les finances", vu que la majorité des revenus d’un hôpital viennent de ces interventions. Tout en précisant que ce n’est cependant pas la principale préoccupation.

Plans de distribution des patients entre hôpitaux

Le nombre d’hospitalisations, ainsi que le nombre d’admissions en soins intensifs, sont en augmentation depuis septembre. A Bruxelles, la situation n’est pas homogène partout. Alors que certains hôpitaux sont suroccupés ou à quasi-saturation, comme l’hôpital Saint-Pierre ou l’UZ Brussel, d’autres sont sous-occupés, comme l’hôpital Erasme.

"On est très loin de la situation de février-mars" a déclaré ce week-end Alain Maron, ministre bruxellois de la Santé, alors que l’UZ Brussel, hôpital néerlandophone du nord de Bruxelles, avait annoncé qu’il était arrivé à quasi-saturation et qu’il avait transféré ses patients atteints du coronavirus vers Alost. Le ministre a expliqué que l’UZ avait atteint le premier palier de saturation de 15% du taux de patients covid.

Critiques en Flandre

Ce lundi, lors de la conférence de presse dressant le bilan de l’épidémie de coronavirus en Belgique, le porte-parole Yves Van Laethem a rappelé le plan actuellement en place pour optimiser la prise en charge et le traitement des patients covid-19 par les hôpitaux, qui comporte cinq phases, selon le taux d’occupation de patients covid. Ainsi que l’application de cette solidarité médicale, via des transferts entre hôpitaux via des plans de distribution dits dynamiques. Au vu des déclarations du bourgmestre d’Alost, toute la question est de savoir si ces plans sont efficacement mis en place.

De son côté, Bart Somers, ministre flamand Open VLD et bourgmestre de Malines déclare sur Twitter: "J’espère que Malines sera toujours disposée à prendre en charge des patients d’autres villes. Que nous ne sombrerons jamais aussi bas pour envisager d’abandonner nous-mêmes les malades. Je crois en une Flandre meilleure et plus accueillante."

Loading...

Extrait de notre 19h30 de ce 6 octobre :

Le bourgmestre d Alost veut refuser d accueillir les malades dans les hôpitaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous