Regions Luxembourg

Ampacet à Messancy : 60 emplois pourraient être supprimés début 2023

Le site d’Ampacet à Messancy emploie environ 130 travailleurs, dont 90% sont des frontaliers.

© Google Maps

L’entreprise Ampacet, basée à Messancy et active dans la transformation de matières plastiques, a annoncé sa volonté de licencier la moitié de son personnel, soit 60 travailleurs sur les 130 actifs en son sein. Une procédure Renault a été lancée.

"Nous sommes un peu dans l’incompréhension", explique Jean-Luc Mouthuy, secrétaire général CSC. "Nous nous attendions à ce qu’une ligne disparaisse, avec des suppressions d’emplois, mais pas à ce que cela prenne une telle ampleur. Jusqu’aux grandes vacances, l’entreprise tournait bien et faisait des bénéfices, il y avait de l’espoir." Depuis, la crise s’est installée : les coûts de l’énergie ont flambé et les salaires ont été indexés. C'est en tout cas la raison que la direction aurait donné aux syndicats pour justifier le choix de supprimer des emplois en Belgique (Ampacet possède également des sites en Italie, au Royaume-Uni et en Pologne, notamment).

La première phase du plan Renault prévoit des rencontres entre les syndicats et la direction. La première aura lieu mercredi 12 octobre, dans le cadre du conseil d’entreprise. "Ce sera l’occasion de poser toutes nos questions à la direction, afin d’entendre ses explications et de bien saisir la situation dans laquelle nous nous trouvons", explique Franck Bailleux, secrétaire régional FGTB. "Nous allons être actifs dans cette procédure, pour essayer d’en atténuer les effets, de limiter le nombre de départs. Il faut aussi faire en sorte que la place de Messancy reste centrale au sein du groupe, avec la certitude que les emplois qui restent soient pérennes."

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous