Regions

Anderlecht : le monument d’Egide Rombaux va être démonté "la mort dans l’âme"'

Le monument "L’aube" d’Egide Rombaux, place Rombaux, va être démonté pour rejoindre un musée.

Un monument va disparaître du paysage d’Anderlecht. "L’Aube" du sculpteur bruxellois Egide Rombaux, datant de 1914, est situé place Egide Rombaux, juste derrière le stade du Sporting d'Anderlecht et le parc Astrid.

Il s'agit d'un bas-relief, illustrant deux nus symbolisant les premiers instants d'une journée, placé sur un des murs de l’hôpital Joseph Bracops. L'établissement hospitalier souhaite s'agrandir et construire une nouvelle polyclinique à cet endroit précis. Le monument devra donc être démonté mais ne sera pas conservé. Direction: le musée des Beaux-Arts, propriétaire de l'œuvre.

De quoi frustrer les habitants du quartier. "Même si je ne savais pas ce que cette œuvre signifiait, je passe devant tous les jours, je la vois tous les jours. C'est une jolie œuvre", indique Chris. "Et il est dommage qu'elle disparaisse. Il faut garder ces œuvres anciennes pour s'en souvenir."

"Je la vois chaque jour en passant", enchaîne Jacques. "Déjà je trouve qu'on ne la met pas en valeur, on ne la nettoie pas, elle est cachée par les haies et le lierre. Pour moi, ce serait dommage qu'elle parte. Il faut la garder, ce serait bien. Eventuellement sur la place Egide Rombaux qui porte le nom de l'artiste. Ou alors dans le parc. En tout cas, à proximité."

On aurait pu trouver un autre endroit pour le situer

Des avis que relaie Gaetan Van Goidsenhoven, conseiller communal MR. "Cette œuvre rappelle les frondaisons des bâtiments antiques. C'est une œuvre qui est en lien avec l'espace public puisqu'on est dans le square qui porte le même nom que son auteur. Un auteur assez réputé de la fin du 19e et du début du 20e siècle." On lui doit la statue de Gabrielle Petit place Saint-Jean, le buste Paul Janson à l'ULB ou encore la statue du cardinal Mercier, au pied de l'église des Saints-Michel-et-Gudule.

"Quand on apprend que la commune veut remballer le monument au musée des Beaux-Arts, on est un peu interloqué parce qu'on aurait pu trouver un autre endroit pour le situer. Les budgets existaient pour le démontage. Il suffisait simplement de trouver un endroit pour la restaurer et la réimplanter ailleurs. Symboliquement, ça me fait mal au cœur", ajoute l'élu libéral. "D'ailleurs, on le voit, à son état, que c'est un monument délaissé par les autorités."

Nos finances ne nous permettent pas de déménager l'oeuvre

Fabrice Cumps (PS), bourgmestre d'Anderlecht, l'assure: la commune a tout fait pour maintenir l'œuvre à Anderlecht. Même si elle est visible de la place, "l'œuvre est physiquement sur le terrain de l'hôpital", précise-t-il.

"La commune a négocié pour que l'œuvre soit intégrée dans le futur projet architectural. Mais il y a eu une fin de non-recevoir de la part de l'hôpital et des architectes parce que selon eux, cela ne correspondait pas à l'esprit du nouveau bâtiment. Nous avons ensuite cherché un endroit dans l'espace public pour la déménager. Mais cela coûte plusieurs centaines de milliers d'euros. Nos finances ne nous le permettent pas. C'est un montant considérable en période de crise budgétaire. C'est d'ailleurs l'hôpital qui prendra en charge en grande partie les frais de démontage", soit un maximum de 40.000 euros. 

Résultat: l'œuvre retournera au musée qui en est officiellement propriétaire. A l'époque, quand le bas-relief est arrivé à Anderlecht, c'était un prêt du musée. "Nous rendons l'œuvre au musée en espérant un jour trouver les fonds nécessaires pour la réinstaller à proximité du square qui porte le nom du sculpteur. Et pour tout dire, quand j'écris au directeur du musée des Beaux Arts pour lui annoncer le retour de l'œuvre, j'ai indiqué que c'était la mort dans l'âme."

Gaëtan Van Goidsenhoven propose pour sa part une souscription publique pour trouver les fonds nécessaires. Pour le bourgmestre, impossible qu'une souscription puisse atteindre la somme estimée.

Le démontage de "L'Aube" devrait avoir lieu à la rentrée de septembre…

Sur le même sujet

Incendie dans un atelier à Anderlecht : quatre ouvriers intoxiqués ont été hospitalisés

Regions Bruxelles

Un gros grappin pour démonter la statue d'un général colonial ce matin à Ixelles

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous