Annulation de la Foire du Midi : les forains ne cachent pas leur colère

Annulation de la Foire du Midi : les forains ne cachent pas leur colère

© NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

27 juil. 2020 à 17:19 - mise à jour 27 juil. 2020 à 17:19Temps de lecture2 min
Par P.V.

Au départ maintenue, la Foire du Midi ne se tiendra finalement pas cette année à Bruxelles, a annoncé le bourgmestre Philippe Close (PS) ce lundi. Une décision qui suscite la colère, et l’incompréhension, des forains, qui espéraient beaucoup de ce rendez-vous estival. "Je ne comprends plus rien, a avoué Patrick De Corte, le président des forains bruxellois, dans les colonnes de la Dernière Heure. On nous tombe encore une fois dessus alors que nous avions mis en place des mesures très strictes pour que tout se passe bien, avec respect des règles de distanciation, port du masque, comptage des personnes…"

Selon les forains, la Foire du Midi ne rentrait pas dans la catégorie des "grands événements", interdits, mais bien dans celle des marchés, qui sont toujours autorisés, tout comme les parcs d’attractions. Mais plusieurs voix s’étaient inquiétées du maintien d’un événement qui rassemble chaque année près d’un million de personnes au mois d’août. "Je comprends que de nombreux Bruxellois attendent avec impatience de pouvoir se distraire et s’amuser sur les attractions, mais malheureusement, la réalité ne le permet pas, avait notamment tweeté Bianca Debaets (CD&V), conseillère communale à la Ville de Bruxelles. Nous avons été surpris lors de la première vague, et désormais nous ne savons que trop bien quels dangers nous guettent. Dans ces conditions, il serait irresponsable de tomber dans des décisions laxistes."


►►► À lire aussi : Bruxelles : "La règle des 400 personnes condamne la Foire du Midi"


A l’inverse, l’échevin Fabien Maingain (DéFI) justifiait un maintien de la Foire : "Nous avons prévu des mesures sanitaires sans précédent, plus strictes que dans des rues commerçantes pourtant plus fréquentées." Réagissant à l’annonce de son annulation, il a notamment pointé du doigt la situation à Anvers, épicentre de la progression du virus. "Aujourd’hui, c’est tout Bruxelles qui est puni en raison d’une mauvaise gestion de l’épidémie en Flandre et singulièrement à Anvers", accuse-t-il, repris par l’Avenir.

Du côté des forains, on annonce d’ores et déjà des actions : "dommage pour les Bruxellois, mais on va tout bloquer. On va prendre nos camions et manifester dans tout Bruxelles", affirme Patrick De Corte, estimant qu’ils n’avaient "plus rien à perdre". Si les forains sont aussi remontés, c’est parce que la Foire représentait une maigre consolation après une année catastrophique. "Même si on savait que ce ne serait pas une bonne foire, que les restrictions et les craintes du public ne nous auraient pas permis de réaliser un bon chiffre d’affaires, on avait absolument besoin de travailler, regrette le patron. Par les temps qui courent, 1 euro qui rentre, c’est toujours ça de gagné."

Sur le même sujet

Coronavirus : peut-on aller faire ses courses avec ses enfants ?

Articles recommandés pour vous