RTBFPasser au contenu
Rechercher

Maison

Après la pandémie, le design italien célèbre le retour à la nature

Le Salon du design à Milan innove pour faire face à l'engouement pour le mobilier d'extérieur après le long confinement dû à la pandémie.
11 juin 2022 à 08:30Temps de lecture3 min
Par RTBF avec AFP

Des canapés ultrachics en plein air, des spas au milieu du jardin, des espaces de télétravail sur le balcon et des coins cuisine sur la terrasse : le Salon du design à Milan innove pour faire face à l'engouement pour le mobilier d'extérieur après le long confinement dû à la pandémie.

Le mobilier de jardin monte en gamme

Bois durables et précieux, aluminium recyclable, couleurs pastel ou nature, formes arrondies ou épurées... Les meubles de jardin privilégient désormais les matières nobles. Fini les plastiques ternes et rêches, remplacés par des tissus plus fluides.

"Les frontières entre l'intérieur et l'extérieur sont désormais totalement effacées, un processus déjà en cours qui a connu une incroyable accélération ces deux dernières années", commente Maria Porro, présidente du Salon du meuble.

Les adeptes du plein air "recherchent à l'extérieur le même confort auquel ils sont habitués à l'intérieur".

"Ils veulent des textiles aussi agréables au toucher, plus doux, plus souples et moins technologiques" que dans le passé, relève-t-elle.

Un air de vacances flotte sur les stands exposant des meubles de jardin dans des décors de végétation luxuriante mêlant arbres, plantes exotiques et gazon synthétique. Les visiteurs s'affalent sur des chaises longues, testent les fauteuils et touchent les tissus.

L'outdoor se confond avec l'indoor

"Les ventes de mobilier outdoor ont connu une forte croissance" survenue dans la foulée de la pandémie de coronavirus, assure Davide Gallo, directeur commercial export de la société italienne Atmosphera. "Les gens ont réalisé que l'endroit le plus sûr pour inviter des amis, c'était la maison. Au lieu de partir en vacances, ils ont donc investi dans du mobilier de plein air", constate-t-il. Du coup, la part des meubles d'extérieur dans le chiffre d'affaires de ce fabricant de meubles haut de gamme est passée en deux ans de 50% à 60%.

Non loin du stand d'Atmosphera, la société d'ameublement de luxe Annibale Colombo, fondée en 1812 dans la vallée de la Brianza dans le nord de l'Italie, propose une collection de canapés, fauteuils et chaises longues à la fois pour l'intérieur et l'extérieur. "Beaucoup de clients s'achètent des appartements chers en ville, avec des terrasses couvertes, donc ils peuvent choisir entre les deux versions, indoor et outdoor", fait valoir son PDG, Luciano Colombo.

Seule différence, le choix des tissus et des bois. Le teck, désormais "introuvable" selon lui en raison d'une pénurie qui frappe l'ensemble du secteur, et le bois iroko, très résistant au soleil, à la pluie et au froid, sont utilisés à l'extérieur et le noyer canaletto à l'intérieur.

Le jardin, pièce à vivre et à travailler

"A force d'être confinés à la maison pendant la pandémie, nous avons tous eu très envie de reprendre contact avec la nature, d'où la ruée sur les meubles de plein air", témoigne Martina Terragni, architecte d'intérieur chez Flou. Ce fabricant, basé lui aussi, dans la vallée de la Brianza, surnommée "la Silicon Valley" du meuble, a dû augmenter sa production mais les délais de livraison sont devenus plus longs à cause de la pénurie de matières premières, passant de cinq à neuf semaines en moyenne.

La recherche d'air frais et de soleil a amené de nombreux ménages à faire des espaces extérieurs une extension de leur logement, une pièce supplémentaire pour gagner de précieux mètres carrés.

Avec la pandémie, ils ont appris à vivre dehors.

"Nos clients veulent télétravailler en plein air, sur le balcon, la terrasse, le rooftop ou dans le jardin", explique Rafaela Marelli, directrice de communication d'une autre entreprise implantée dans la Brianza, Flexform, dont le stand ne désemplit pas.

Les grandes tables de jardin ou les petites consoles d'appoint sont, selon elle, transformées régulièrement en bureaux. Même si le reflet du soleil sur l'ordinateur pourrait quelque peu troubler l'idylle du travail dans les espaces verts...

Sur le même sujet

La "brique dans le ventre" des Belges bridée par le prix de l’immobilier, selon une enquête de CBC

Economie

Quelles sont les meilleures destinations pour les nomades numériques ?

Voyages

Articles recommandés pour vous