RTBFPasser au contenu
Rechercher

Economie

Après la pandémie, qu’en sera-t-il du télétravail ? Le Conseil national du travail doit répondre à cette question

Le marché matinal

Le télétravail survivra-t-il à la pandémie ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

04 févr. 2022 à 08:28 - mise à jour 04 févr. 2022 à 12:40Temps de lecture1 min
Par Marie-Laure Mathot sur base d'une chronique de Gilles Quoistiaux

Le télétravail survivra-t-il à la pandémie ? Cette question est actuellement sur la table du Conseil national du travail. C’est là que les syndicats et les représentants des employeurs se retrouvent. Et ils ne sont pas tout à fait sur la même longueur d’onde.

Pour schématiser, les syndicats sont plutôt demandeurs d’une réglementation plus contraignante qui généraliserait la possibilité de télétravailler dans le monde post-Covid, et les employeurs, de leur côté, plaident plutôt pour un statu quo.

Pour l’instant, le télétravail est un régime de travail particulier qui peut être mis en place par votre employeur de manière plus ou moins encadrée. En dehors des règles décidées par le Comité de concertation, votre entreprise peut décider de vous accorder la possibilité de travailler de chez vous une demi-journée par semaine, un jour, deux jours... Certaines l’acceptent, d’autres non. Ça dépend aussi du boulot que vous faites. C’est donc un système assez souple et il n’y a pas d’obligation pour les entreprises de mettre en place un système de télétravail généralisé.

Mais s'il devient plus structurel, il implique d’autres discussions au sein des entreprises: la question des frais engagés par les collaborateurs qui travaillent à domicile, et notamment les frais de chauffage et d’électricité. Et les prix de l’énergie explosent aujourd’hui, aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises, et c’est donc un débat qui pourrait faire des étincelles.

Reste aussi les risques d’abus en cas de télétravail structurel. Vous avez peut-être déjà entendu cette phrase : "Le télétravail, c’est beaucoup de télé et un peu de travail". C’est un peu cynique, mais il n’y a pas toujours une confiance extrême entre employeur et employé.

Sur le même sujet

Coronavirus : la "phase aiguë" de pandémie mondiale sera finie en 2022 si 70% de la population est vaccinée selon l'OMS

Coronavirus

Coronavirus en Belgique : le patronat exige la fin du télétravail obligatoire

Economie

Articles recommandés pour vous