Regions

Archives : quand la Foire du Midi élisait sa Miss Esmeralda, la jeune foraine la plus courageuse du champ

L’élection de Miss Esmeralda en 1991, l’une des dernières.
02 août 2022 à 11:26 - mise à jour 02 août 2022 à 12:48Temps de lecture3 min
Par Karim Fadoul

Autre temps, autre festivité. Si la Foire du Midi est un des grands moments du folklore bruxellois, il tente chaque année de dépoussiérer ses traditions et de coller à l’époque actuelle. Finis les femmes à barbe, les expositions d’infirmes, les poneys tournant autour d’un mât : pour davantage de dignité humaine et le bien-être animal, les organisateurs acceptent de tourner certaines pages. En était-il de même pour le concours de Miss Esmeralda, élection qui n’existe plus mais qui a marqué le calendrier estival ?

Miss Esmeralda, organisée chaque fin juillet ou entame du mois d’août, n’était pas un concours de beauté à proprement parler mais un suffrage pour désigner la jeune foraine la plus courageuse du champ, celle qui accompagne déjà ses parents en coulisses tout au long des réjouissances et qui ambitionne de leur succéder.

Le concours se tient, prestige suprême, sur la Grand’Place de Bruxelles, devant l’hôtel de Ville en présence du bourgmestre, de plusieurs échevins, de troupes folkloriques locales… Rien n’est trop beau pour mettre à l’honneur les futures générations de foraines.

Emission "Ce Soir" du 4 août 1983

Foire du Midi de Bruxelles : l'élection de Miss Esmeralda le 4 août 1983

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

On doit la création de Miss Esmeralda, dans les années 60, au journaliste Antoine "Toone" Demol. Ce confrère de la rédaction du "Laatste Nieuws" était un fervent défenseur du folklore bruxellois, qui le mettait régulièrement à l’honneur dans ses articles et ses actions au sein de différentes confréries. Décédé en novembre 1989, le journaliste, qui fonda l’Ordre des Amis de Manneken-Pis, expliquait que l’idée de créer Miss Esmeralda lui est venue en 1964.

"La foire de Bruxelles dure six semaines", détaillait-il dans une interview du 9 août 1989 dans "Deze week in Brussel". "A l’ouverture, tous les journaux parlent de la foire, mais plus rien ensuite. C’est pourquoi j’ai pensé, 14 jours après l’ouverture, que je parlerais de la foire au travers de l’élection de la Miss Esmeralda."

Emission "Ce Soir" du 30 juillet 1987

Foire du Midi de Bruxelles : l'élection de Miss Esmeralda le 30 juillet 1987

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Antoine Demol n’a pas inventé grand-chose, admet-il. Mais il a eu l’intelligence de bruxelliser, avec beaucoup de zwanze, un concept étranger.

"A la foire de Paris, la Foire du Trône, existe une élection depuis des années de la foraine la plus âgée. Elle est nommée "Esmeralda" comme le personnage de Victor Hugo, dans "Notre-Dame de Paris". Mais dans le livre de Victor Hugo, il s’agit d’une belle jeune fille. Nous nous sommes inspirés de cela. Ce doit être une vraie fille de forain, âgée entre 16 et 25 ans. Elle doit être représentative de la foire, avoir une personnalité, prendre la parole, car elle devient l’ambassadrice de la foire pendant un an. Mon idée était aussi d’emmener la Miss Esmeralda à toutes les autres festivités bruxelloises, comme l’Ommegang et le Meyboom, mais cela n’a jamais abouti."

Emission "Ce soir" du 1er août 1981

Foire du Midi : l'élection de Miss esmeralda le 1er août 1991

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Au décès de Demol, le concours tombe en désuétude. Quelques éditions seront encore organisées avant l’abandon total de la cérémonie, dans les années 90.

Il n’y avait rien de potache ni de sexiste

"C’est un peu dommage", confie Patrick De Corte, président de l’Union des forains de Bruxelles. "Dommage parce que c’était une tradition et que ce n’était pas un concours de beauté. Il n’y avait rien de potache ni de sexiste", insiste-t-il même si les images d’archives montrent un événement un peu paillard et villageois.

"Il était avant tout question de mettre en avant une jeune foraine pour son courage et son dynamisme. En France, ce concours existe toujours. Chez nous, à Bruxelles, il a disparu."

Emission "Ce soir" du 6 août 1992

Foire du Midi de Bruxelles : l'élection de Miss Esmeralda le 6 août 1992

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Disparu, faute de candidates. "Il y en avait de moins en moins à se présenter", avoue Patrick De Corte. "Le but n’était pas non plus de finir avec deux voire une candidate en lice. Nous avons tenté de relancer l’initiative mais cela n’a pas pris. En tout cas, cette élection permettait de faire la promotion de la foire et de faire de la Miss Esmeralda un symbole de la foire. A l’issue de la cérémonie, qui se tenait Grand’Place, la gagnante recevait un prix, une écharpe. Et avec ses dauphines, elles descendaient le boulevard du Midi en Cadillac. C’était un grand moment."

Depuis, la foire est passée à autre chose et s'adapte aux moyens de promotion et de communication plus modernes que sont Internet et les réseaux sociaux. Elle se repose aussi sur des visages connus, comme ses parrains et marraines. Cette année, elles se nomment Virginie Hocq, l’humoriste et Sophie Dumont, la cheffe. "Par le passé, nous avons eu l’acteur Mourade Zeguendi, la chanteuse Typh Barrow… Ce sont des personnalités qui jouent le jeu et sont d’une grande gentillesse."

Loading...

Sur le même sujet

La Foire du Midi de Bruxelles a attiré plus de 700.000 personnes : "Une belle édition mais pas un record"

Regions

Inauguration festive de la 141e Foire du Midi à Bruxelles, qui retrouve sa pleine dimension

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous