Les éclaireurs

Arctique : une banquise fragile et… très convoitée !

Tromsø, Norvège

© Camille Escudé

15 oct. 2022 à 16:00Temps de lecture4 min
Par Fabienne Vande Meerssche et Sarah Poucet

Ce samedi 15 octobre 2022, les invité.e.s de Fabienne Vande Meerssche (@fvandemeerssche) dans LES ECLAIREURS sont Camille Escudé, docteure en Science Politique (Sciences-Po Paris), chercheuse associée au Centre de recherches internationales (CERI) et spécialiste de la géopolitique de l’Arctique & François Massonnet, Chercheur Qualifié FNRS et climatologue au Earth and Life Institute de l’UCLouvain.

DIFFUSION : samedi 15 octobre 2022 à 17h08 et dimanche 16 octobre 2022 à 23h08.

Camille Escudé @camille_escude

Camille Escudé est docteure en Science Politique, chercheuse associée au Centre de recherches internationales (CERI). Elle est aussi attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à Sciences Po et professeur de Géographie.

Elle a étudié la Géographie à l’Université de la Sorbonne et la Science Politique à Sciences-Po Paris. Elle a ensuite passé l’agrégation de professeur en Géographie avant d’entamer un doctorat de Science Politique, spécialisé en Relations Internationales à Sciences-Po. Durant sa thèse, elle s’est intéressée à la coopération politique et l’intégration régionale en Arctique entre 1996 et 2019. Elle y a démontré que l’Arctique était un objet en construction, influencé par une variété d’acteurs politiques et sociaux. Elle a remporté le prix de thèse de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) 2021.

Tromsø, Norvège
Tromsø, Norvège © Camille Escudé

Depuis, Camille Escudé poursuit ses recherches sur cette région du nord. Elle s’intéresse en particulier aux mécanismes informels qui permettent à des acteurs extérieurs de court-circuiter les institutions de gouvernance internationale traditionnelles. C’est le cas par exemple des conférences internationales en Arctique, qui permettent à des think tanks, des entreprises ou des Etats non-arctiques de s’investir dans la politique de ce territoire. Elle étudie aussi le rôle de la Russie, à la tête de la présidence tournante du Conseil de l’Arctique depuis mai 2021, dans la coopération politique arctique.

Camille Escudé a récemment publié Géopolitique des pôles et le chapitre " Politiques européennes en Arctique : stratégies nationales ou vision commune ? ". Elle est aussi chercheuse associée au Centre Québécois d’Etudes Géopolitiques, et directrice adjointe du programme Nordique du Groupe d’Etudes Géopolitiques.

Pour en savoir plus sur l’Arctique, consultez cet article récapitulatif de Camille Escudé " Les régions de l’Arctique, entre Etats et sociétés ".

François Massonnet @FMAssonnet

François Massonnet est climatologue et Chercheur Qualifié du FNRS à l’Université catholique de Louvain. En juillet, il a obtenu une bourse européenne ERC Starting Grant pour lancer le projet Arctic Watch.

François Massonnet a débuté en tant qu’ingénieur civil. Il a ensuite enrichi sa formation par des cours en géographie physique, météorologie et climatologie. Il a par ailleurs l’occasion d’effectuer un échange Mercator/Erasmus d’un an à la Simon Fraser University de Vancouver (2007-2008). Il entreprend ensuite une thèse de doctorat à l’UCLouvain, d’abord en tant qu’assistant puis comme aspirant FNRS. Pendant sa thèse, il s’intéresse aux modèles mathématiques utilisés pour simuler l’évolution de banquise et pour en prévoir l’évolution sur des échelles de temps allant de quelques mois à plusieurs siècles. Il contribue au cinquième rapport d’évaluation du GIEC, en proposant des méthodes visant à réduire les incertitudes sur l’année de disparition de la banquise arctique en été. Il obtient son doctorat en Sciences en 2014 et poursuit alors sa carrière au Barcelona Supercomputing Center (2014-2016), un centre européen de premier plan s’intéressant à la prévision climatique à court terme (quelques mois à quelques années). Il y apprend à utiliser le modèle climatique européen de référence et développe des méthodes statistiques originales pour l’évaluation de modèles climatiques. Il rejoint le Earth and Life Institute de l’UCLouvain en tant que Chargé de Recherche du FNRS et y est nommé Chercheur Qualifié en 2018.

L’évaluation des modèles climatiques constitue le premier thème de recherche de prédilection de François Massonnet. Ses recherches visent à démontrer qu’il est possible de réduire les erreurs des modèles en utilisant ces modèles dans leur version actuelle, mais en les contraignant mieux au moyen d’observations de terrain et satellitaires. François Massonnet concentre ses recherches sur l’Antarctique, l’Arctique et l’Atlantique Nord, un lieu de rencontre entre les climats polaires et tropicaux et dont la dynamique définit en grande partie le temps qu’il fait chez nous en Europe. A long terme, ses recherches ont pour but d’approfondir la compréhension des mécanismes physiques qui contrôlent la prévisibilité climatique sur des échelles de temps de quelques mois à quelques années.

Découvrez ses recherches dans une vidéo de l’UCLouvain.

Loading...

En 2020, la comparaison des modèles au sein du projet collaboratif SIMIP (Sea-Ice Model Intercomparison Project) a mené à une prévision inquiétante : nous connaîtrons un été sans glace de mer arctique d’ici 2050. Découvrez d’ailleurs l’article issu de cette recherche, publié dans Geophysical Research Letters.

Vue satellite de la taille minimale de glace de mer arctique en 2021, comparée à la surface d’avant 2010 (en jaune).
Vue satellite de la taille minimale de glace de mer arctique en 2021, comparée à la surface d’avant 2010 (en jaune). © NASA

Grâce à l’obtention d’une bourse ERC Starting Grant, François Massonnet se consacre à présent au projet ArcticWATCH qui vise à construire un système d’alerte pour signaler la possibilité d’une perte rapide de banquise arctique pour les cinq années à suivre. ArcticWATCH identifiera aussi les nouvelles voies de prévisibilité de la banquise dans un monde plus chaud et indiquera les méthodes optimales d’observation de l’Arctique pour les 30 prochaines années. Le but est aussi d’examiner les impacts environnementaux de perte rapide de banquise.

Outre la communication des résultats de ses recherches dans des revues spécialisées, François Massonnet est particulièrement sensible à la communication pour la société civile, notamment via des séminaires dans des écoles ou des interventions dans les médias. Il est ainsi chroniqueur dans l’émission Déclic.

Consultez les recherches de François Massonnet sur son site personnel ou sur Twitter.

Les Éclaireurs

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous