Monde Amérique du Sud

Argentine : nouveaux rassemblements de soutien à Kirchner, brefs heurts à Buenos Aires

Manifestation de soutien à la vice-présidente argentine Cristina Krichner devant son domicile à Buenos Aires, le 27 août 2022.

© Luis ROBAYO

28 août 2022 à 07:24Temps de lecture2 min
Par AFP

De nouvelles manifestations de soutien à la vice-présidente argentine Cristina Kirchner, en réaction à une peine de prison requise contre elle, se sont tenues samedi dans plusieurs villes, dont une près de son domicile à Buenos Aires a donné lieu à des heurts avec la police.

Plusieurs marches, sans incidents, ont rassemblé des milliers de personnes à Tucuman (nord-ouest), Cordoba (centre), Bahia Blanca (sud) notamment. D’autres étaient prévues à Neuquen (sud) Catamarca (nord-ouest) San Luis (centre) entre autres, selon des télévisions locales et l’agence d’Etat Telam.

A Buenos Aires, de brefs accrochages sont intervenus en fin d’après-midi entre la police et des partisans de Cristina Kirchner (péroniste, gauche), lorsque les manifestants ont tenté de forcer un cordon mis en place aux abords du domicile de la vice-présidente, dans le quartier de Recoleta, a constaté l’AFP.

Comme chaque soir cette semaine, des centaines de personnes y avaient convergé pour chanter et scander inlassablement, parfois jusque tard dans la nuit, des slogans de soutiens et d’affection : "Cristina présidente" "Le peuple aime Cristina", etc.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau, mais les manifestants sont parvenus à s’approcher tout près de l’immeuble de la vice-présidente. En début de soirée, et dans le calme revenu, ils semblaient décidés à y veiller une nouvelle fois.

Selon le maire de droite de Buenos Aires Horacio Larreta, douze policiers ont été blessés lors des incidents, victimes notamment de jets de pierre. Il a dénoncé des manifestations de soutien devenues au fil de la semaine un "campement permanent", une "occupation organisée de l’espace public" empêchant toute vie normale dans le quartier.

Il a aussi rappelé que la police avait, lundi soir, "évité que ne s’affrontent des groupes opposés" lorsque des pro et anti-Kirchner avaient spontanément convergé au même endroit.

Acclamée, Cristina Kirchner a fait une brève apparition dans la rue pour saluer ses partisans, prenant le micro pour accuser la municipalité (droite) de Buenos Aires et sa police de "vouloir empêcher que le peuple s’exprime". Mais elle a tout de même invité à "aller se reposer un peu, car la journée a été longue", avant de prendre congé sur un : "Je vous aime ! […] Vous êtes tous mes enfants !"

Des dizaines de marches ou rassemblements de soutien à la vice-présidente dans plusieurs villes d’Argentine ont été initiés par des mouvements, syndicats, partis affiliés à la coalition de centre gauche au pouvoir, Frente de Todos, ou du Parti justicialiste (péroniste), dont Mme Kirchner, cheffe de l’Etat de 2007 à 2015, reste à 69 ans la figure emblématique.

Lundi, 12 ans de prison et une inéligibilité à vie ont été requis contre elle, dans un procès pour fraude et corruption, portant sur des attributions de marchés publics dans son fief de Santa Cruz.

Populaire, mais aussi clivante, et toujours influente dans la politique argentine, la vice-présidente a contre-attaqué vivement le lendemain, dénonçant un procès politique.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous