Regions Luxembourg

Arlon : forte hausse de fréquentation à l’épicerie sociale « l’Epicoeur »

Hausse de fréquentation à l’épicerie sociale "l’Epicoeur" d’Arlon

© rtbf.be

17 oct. 2022 à 08:40Temps de lecture2 min
Par Cathy Massart avec Philippe Herman

La crise énergétique, qui impacte le budget des ménages, couplée à l’inflation galopante de ces derniers mois, amplifie les besoins d’aide alimentaire pour de nombreuses familles.

Les épiceries sociales voient leur fréquentation fortement augmenter. A Arlon la fréquentation de l’épicerie "l’Epicoeur " de la Croix-Rouge s’est développée avec l’aide du CPAS local. Ces derniers mois, la fréquentation a doublé comme le confirme la coordinatrice Danielle Mertzig.

"Nous ouvrons 4 jours par semaine et, en début d’année, nous avions entre 30 et 40 bénéficiaires qui venaient chaque jour. Maintenant nous sommes entre 80 et 90 personnes au quotidien. C’est une grosse augmentation et il y a 2 raisons à cela. Premièrement, il y a la population ukrainienne qui est arrivée et qui, heureusement, peut venir chez nous et est bien aidée. Deuxièmement, la population arlonaise arrive aussi. Et je pense que ce n’est pas terminé face aux mesures actuelles au niveau du gaz et de l’électricité. Nous allons encore augmenter la population qui va venir dans notre épicerie. Nous sommes aussi entourés de sans-abri qui, parfois, ne veulent pas faire le pas vers le CPAS. Bien sur, nous ne laissons personne dehors et nous préparons des petits paniers à leur apporter avec des denrées qui ne doivent pas être cuites ".

Pas de gaspillage à l’Epicoeur

"Au jour le jour, on essaye de donner le plus urgent comme les fruits et les légumes que l’on peut mettre aussi au frigo jusqu’au lendemain s’ils ne sont pas trop avancés, explique Danielle Mertzig. Au niveau des produits frais comme les yaourts ou la viande, si on arrive à la date de péremption, on congèle directement pour essayer d’avoir zéro déchet. Tout ce que l’on n’a pas, notamment dans les invendus, on essaye de les avoir à l’épicerie. Malheureusement, pour le moment, il y a des denrées que nous n’avons pas comme l’huile, le papier de toilette ou l’essuie tout parce que les grandes surfaces, chez qui nous achetons, ne les ont pas non plus. Sinon, nous essayons, selon les demandes des bénéficiaires, d’acheter les produits dont ils ont le plus besoin. Nous les revendons à 50% du prix d’achat ".

L’Epicoeur bénéficie aussi d’une série de denrées qui sont gratuites venant des dons des grandes surfaces mais aussi des boulangeries d’Arlon qui donnent leurs invendus, comme le pain qui constitue un aliment très important.

L’épicerie sociale d’Arlon, pour faire face à cette hausse de fréquentation, est toujours à la recherche de bénévoles.


 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous