RTBFPasser au contenu

Viva +

Arno, l’Higelin belge

Arno, l’Higelin belge
15 mars 2022 à 14:22 - mise à jour 15 mars 2022 à 14:242 min
Par Viva+

Le 20 mars 1982, le chanteur ostendais, Arno est l’invité de Gilles Verlant dans l’émission " Ligne Rock ". Petit flash-back nécessaire sur la carrière de l’artiste qui donne sa première interview en Français. De 1972 à 1975, il débute sa carrière en tant qu'harmoniciste pour le groupe " Freckle Face ". En 1977, il rencontre Paul Decouter avec lequel il fonde les " TC Bland " rebaptisé en 1980, " TC Matic ", qui devient l'une des formations les plus avant-gardistes de la scène rock européenne. Pourquoi ces changements ? C’est ce que Gilles Verlant tente de savoir en sachant qu’en face, il y a Arno, du pure Arno.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Arno, Arnold Charles Ernest Hintjens voit le jour le 21 mai 1949 à Ostende. Il grandit dans une ambiance qu’on peut qualifier d’anticonformiste entre sa mère fan de Gréco et de rock’n’roll et son père, aviateur et mécanicien dans l’aéronautique. Très vite, le jeune Arnold se passionne pour la musique et la scène. Dans les années 60, il se produit dans les festivals d’été à Ostende mais s’illustre aussi à Amsterdam et à Saint-Tropez. Il rejoint ensuite le groupe " Freckle Face " armé de son harmonica. Il joue aussi avec Tjens Couter avant de fonder avec Paul Decouter la formation " TC Bland " qui devient en 1980, " TC Matic ". Avec son groupe, Arno enregistre plusieurs albums et se produit sur de nombreuses scènes mais le groupe se sépare en 1986. Cette année-là, il décide de poursuivre une carrière solo et signe un album éponyme en Anglais. Il poursuit sur sa lancée et sort chez Virgin, deux ans après l’opus " Charlatan " et en 1990 " Ratata ". L’artiste se fait également connaître en France. Ainsi il participe à la bande originale du film " Merci la vie " de Bertrand Blier avec Gérard Depardieu et Charlotte Gainsbourg. Pour ses vingt ans de carrière, en 1995, il sort un opus en Français exclusivement, " A la Française " qui comprend notamment le titre qui fait pleurer toutes les mamans, " Dans le yeux de ma mère ". Le single remporte d’ailleurs un grand succès et se classe parmi les meilleures ventes. Parallèlement à son activité d’auteur, compositeur et interprète, Arno fait son cinéma. Il tourne dans " Camping Cosmos " de Jan Bucquoy avec Lolo Ferrari, dans " Alors voilà " de Michel Piccoli. En 1999, après 4 ans d’absence sur la scène, Arno revient avec " A poil commercial ". Il récidive en 2002 avec " Charles Ernest ", puis " French Bazaar " qui lui vaut en 2005 une Victoire de la musique pour le meilleur album pop-Rock de l’année. Cette année-là, il retrouve le chemin des studios de cinéma, comme une virgule dans sa carrière de chanteur avec le long métrage " Komma " de Martine Doyen avec Valérie Lemaître. Suivront " Jus de box ", " Brussld ", un album hommage à sa ville natale, " Future Vintage ", " Human incognito " et " Santeboutique " en 2019. Avec ce dernier opus, Arno débute une tournée qu’il devra annuler en raison d’un problème de santé. Et bien sûr, on doit évoquer cette reprise aussi fabuleuse qu’improbable de la chanson d’Adamo : " Les filles du bord de mer ". Sacré phénomène que ce chanteur acteur trilingue que certains se plaisent à qualifier d’Higelin belge ou encore de Tom Waits belge.

Sur le même sujet

26 avr. 2022 à 14:10
2 min
10 mars 2022 à 13:57
2 min

Articles recommandés pour vous