Belgique

Asile et migration : 1600 réfugiés reconnus n’ont pas accès à un logement ? Fedasil conteste

© Belga

25 août 2022 à 11:35 - mise à jour 25 août 2022 à 15:39Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Lavinia Rotili

Actuellement, 1600 réfugiés reconnus sont bloqués dans les centres d’accueil fédéraux en raison d’une pénurie de logements en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie, estime Orbit, une asbl flamande active dans l’immigration.

La proportion de réfugiés reconnus qui restent en centre d’accueil augmente car les décisions de reconnaissance tombent plus rapidement. "Il y a des solutions, mais personne ne bouge", déplore le coordinateur Didier Vanderslycke. "Investir dans des logements pour les réfugiés reconnus permettra de libérer des places en centres d’accueil."

L’ASBL souligne que les premiers pas du réfugié reconnu dans la société sont freinés par cette problématique. Les responsabilités sont en outre exigeantes. Ceux qui ont un statut doivent entre autres apprendre rapidement la langue, travailler et suivre une formation.

"Mais sans logement de départ et sans domicile, cela ne fonctionne pas", poursuit Orbit. "La situation ne permet en outre pas de solliciter les services sociaux. L’absence de politique de logement spécifique pour les nouveaux arrivants pose des problèmes à tous."

Orbit demande que la période de transition vers un nouveau logement soit prolongée et que les réfugiés reconnus soient mieux accompagnés vers les logements sociaux. Les communes devraient être encouragées financièrement à mettre à disposition des logements pour ces réfugiés.

Moins de 300 réfugiés reconnus dans les centres fédéraux, selon Fedasil

Actuellement, 288 réfugiés reconnus, pour lesquels la période de transition de recherche de logement est terminée, séjournent dans un centre d'accueil fédéral, a pour sa part fait savoir jeudi l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile. Fedasil conteste donc le nombre avancé par l'ASBL Orbit.

"Il y a en ce moment 1.690 réfugiés reconnus dans le réseau d'accueil, mais ils ne sont pas tous bloqués. La plupart d'entre eux se trouvent encore dans le délai de transition établi. Ils ont deux mois pour trouver un logement", explique Mieke Candaele, directrice de la communication de Fedasil. En fonction des circonstances, ce délai de transition peut être prolongé jusqu'à quatre mois maximum. "Ce n'est qu'après qu'on peut parler de personnes qui sont bloquées. Pour 288 réfugiés, ce délai est bien dépassé."

La responsable de la communication souligne que ce n'est vraiment pas évident de trouver un logement en raison de la saturation du marché et de la guerre en Ukraine.

Sur le même sujet: JT 25/07/2022

Sur le même sujet

Fedasil doit faire évacuer les 400 demandeurs d’asile du Home Sebrechts à Molenbeek

Regions Bruxelles

Des familles et des enfants contraints de dormir en rue ? La crise de l’accueil en Belgique franchit un nouveau cap

Belgique

Articles recommandés pour vous