Regions Hainaut

Assises du Hainaut : l'accusée ne comprend pas son crime

L'accusée Mélissa Beth
14 févr. 2022 à 07:54 - mise à jour 14 févr. 2022 à 13:58Temps de lecture2 min
Par Florence Dussart & Vincent Clérin avec Belga

Ce lundi, le président de la Cour d'Assises du Hainaut a interrogé Mélissa Beth au sujet du crime commis le 22 mars 2020 à Jurbise. Accusée d'une tentative de vol avec plusieurs circonstances aggravantes, dont celle d'avoir tué Yvon Gehin, 88 ans à son domicile, l'aspirante policière ne conteste pas le meurtre, mais nie la tentative de vol.

Habillée chaudement

Le jour des faits, la météo était clémente.  Or, des caméras de vidéosurveillance ont filmé l'accusée habillée chaudement et en noir, alors que les passants étaient vêtus plus légèrement. Son accoutrement a attiré l'œil des enquêteurs. L'accusée répond qu'elle est frileuse et qu'elle a vu d'autres personnes, porteuses de gants.    

Ce jour-là, Mélissa Beth tournait en rond, entre Jurbise et Braine-le-Comte où elle voulait voir sa petite amie, qu'elle partageait avec une autre. Elle voulait éclaircir sa situation amoureuse. Son amie lui a annoncé la rupture.   Mélissa prétend être retournée à Jurbise pour marcher. À 11h30, elle est passée en voiture devant la maison de la victime, chaussée Brunehault. "C'est un chemin habituel. J'y passais au moins une fois par jour", a déclaré l'accusée.    À 15h00, sa voiture est de nouveau passée devant la maison de la victime. Quatre minutes plus tard, la voiture repasse à cet endroit. "Je sais que je me suis garée, que j'ai mangé une pomme. J'ai reçu des messages. Je perdais pied. J'ai voulu aller marcher et je me suis équipée, car j'avais froid."  

Un couteau dans la poche 

Mélissa a mis un couteau dans sa poche et est allée marcher. Elle pensait à ses dettes et à sa compagne. Elle prétend qu'elle était désemparée. Elle a eu alors l'idée d'aller rendre visite à Yvon Ghenin, "pour discuter avec lui, car c'était quelqu'un de gentil, d'accueillant".  Elle connaissait le vieil homme, car elle avait fréquenté son petit-fils durant sept ans.    

À l'époque, la famille passait par un passage latéral pour entrer dans la maison, par la porte de derrière, laquelle n'était jamais verrouillée. Elle a ouvert la porte et Yvon, qui était assis dans son fauteuil, s'est levé. "Je lui ai fait un signe. Il me semblait qu'il m'avait reconnue. Il avait une attitude normale, mais je ne comprenais pas ce qu'il disait. Je me suis avancée. Il a commencé à faire de grands gestes. J'étais paumée, j'ai paniqué, je n'ai pas compris. Je me suis retrouvée de l'autre côté de la pièce, je ne sais pas comment."    Elle a sorti son couteau. "Je ne peux pas l'expliquer. Il faisait encore de grands gestes. Je lui ai donné un premier coup de couteau. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai continué et je l'ai suivi jusqu'au hall d'entrée. Il m'a fait face. J'avais l'impression de ne plus être moi-même."   Mélissa a visé le thorax. "Je pensais que c'était à dix reprises", pleurniche-t-elle, alors que le médecin légiste a relevé 59 plaies, dont des gestes de défense. "J'ai vu qu'il ne bougeait plus. Je ne voyais pas de sang. J'ai ensuite tout retourné, dans la maison, en ne cherchant rien. Je voulais simuler un cambriolage, sans savoir pourquoi." Elle ajoute: "je n'ai jamais rien voulu voler. Je voulais de l'argent à prêter".     

L'accusée ne se souvient plus quand elle a coupé la ligne de téléphone, alors que l'octogénaire était en télésurveillance vu son âge et son état de santé. Aucune trace de sang n'a été retrouvée sur le fil du téléphone.   Après avoir quitté la maison de la victime, l'accusée est retournée vers sa voiture, prenant soin de jeter ses gants dans une poubelle et le couteau dans des buissons. Elle est rentrée chez elle pour prendre une douche. Elle a ensuite repris le cours de sa vie, jusqu'au 7 avril, jour de son arrestation, après avoir été identifiée sur les images vidéo par son ex-petit-ami, petit-fils de la victime.

 

 

 

Sur le même sujet

Deux policiers tirent sur un homme qui les menaçait d'un couteau gare du Nord à Paris

Monde Europe

Articles recommandés pour vous