RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

Assises du Hainaut : Mélissa Beth coupable d'une tentative de vol et d'un meurtre

L'accusée Mélissa Beth
16 févr. 2022 à 12:26 - mise à jour 16 févr. 2022 à 19:40Temps de lecture2 min
Par Belga

La Cour d'Assises du Hainaut a rendu son verdict ce mercredi soir en déclarant Mélissa Beth coupable d'une tentative de vol avec violence, usage d'un véhicule et d'une arme ainsi que du meurtre d'Yvon Gehin, une personne vulnérable en raison de son âge (88 ans) et de son état de santé. Les faits ont eu lieu le 22 mars 2020 chez la victime à Jurbise.

Les jurés ont choisi la thèse défendue par l'accusation

La défense avait contesté la tentative de vol, soutenant que la jeune aspirante policière s'était rendue chez Yvon Gehin pour lui demander de l'argent, car elle était endettée, et non pour commettre un vol.    Les jurés ont choisi la thèse défendue par l'accusation et les avocats des parties civiles. Ces derniers avaient soutenu que la jeune femme était animée de l'intention de voler. Elle avait fait des repérages avant de se rendre chez la victime, vêtue de noir et armée d'un couteau. Elle savait que le vieil homme cachait de l'argent à l'étage de son habitation. Elle avait besoin d'argent, car elle était endettée et elle devait s'acquitter d'une créance de 4.000 euros pour le 25 mars.    

Le 23 mars 2020, le corps sans vie d'Yvon Gehin, 88 ans, était retrouvé chez lui à la chaussée Brunehault à Jurbise par une infirmière à domicile. Il était couché dans le hall d'entrée, en bas de l'escalier. La mort fut considérée comme suspecte, car les vêtements de la victime étaient imbibés de sang, les tiroirs étaient ouverts et tout était retourné, comme si quelqu'un avait fouillé les lieux.    

59 plaies sur le corps de la victime

Une instruction a été ouverte et le médecin légiste a découvert 59 plaies sur le corps de la victime. Les coups de couteau avaient sectionné des côtes, des artères et des organes vitaux.   Le crime avait été commis la veille, après 14h30, car l'infirmière était passée le dimanche pour apporter des soins à Yvon, lequel n'avait pas touché à son repas livré le matin par le CPAS, qu'il avait l'habitude de consommer vers 17 heures.  

Le petit-fils de la victime fut interrogé comme suspect car un voisin avait entendu une discussion animée entre la victime et quelqu'un d'autre, le 22. Blanchi, le petit-fils a indiqué à la police que, le matin du 22, il avait croisé son ancienne copine, Mélissa Beth, qui circulait en auto sur la chaussée Brunehault. Sa présence lui semblait étrange.    Les policiers ont exploité les images vidéo et celles-ci ont confirmé que la voiture de Mélissa Beth était passée le matin et l'après-midi dans la rue. Une personne, chaudement habillée de noir, portant une casquette et des gants, a attiré l'attention des policiers. Le petit-fils de la victime a reconnu l'allure de son ex-copine, dont il s'était séparé en 2017. Mélissa connaissait donc l'état de santé de l'octogénaire.   

Une aspirante policière 

Le 7 avril, la police fédérale réalisait une perquisition chez la suspecte, qui vivait chez ses parents à Soignies. Ils ont retrouvé les vêtements qu'elle portait le jour du crime et la casquette. Il y avait des traces de sang. Il y avait aussi des traces d'hémoglobine dans la voiture.    Le lendemain, la jeune femme, aspirante policière au sein de l'académie de police de Jurbise, était placée sous mandat d'arrêt pour tentative de vol avec plusieurs circonstances aggravantes dont celle de meurtre.    

Depuis le début de l'enquête, Mélissa Beth contestait la tentative de vol, déclarant qu'elle s'était rendue chez le papy de son ex-copain pour lui demander de l'argent. Les jurés ont estimé qu'elle était animée de l'intention de voler et de tuer le vieil homme.    

Le débat sur la peine aura lieu jeudi.

Articles recommandés pour vous