Regions Hainaut

Assises du Hainaut : trois hommes accusés du meurtre de Demir Rusani à Châtelineau

Jenathan Mol et Krystian Gorniak,  deux des accusés photographiés lors de la session de constitution du jury.

© Belga - Benoit Doppagne

Né à Belgrade en 1958, Demir Rusani est décédé le 11 juillet 2018 dans un hôpital de Charleroi, suite à un sévère traumatisme crânien. Un mois plus tôt, le 7 juin, il avait été frappé à mort par trois hommes, chez lui, à Châtelineau. Les meurtriers présumés seront jugés dès ce mardi, par la Cour d’assises du Hainaut. 

Nous sommes le 7 juin 2018 sur la place d’Arenberg à Châtelineau. Demir Rusani est chez lui, en compagnie de deux de ses enfants, des jumeaux, mineurs.

Famille recomposée 

Demir Rusani est père de plusieurs enfants. Trois garçons et une fille sont les fruits de son idylle avec Zofia Gorniak, une Polonaise rencontrée en Belgique en 1996. Il a aussi reconnu Christina et il a élevé les deux enfants de Zofia, fruits d’une précédente union, Sandra et Krystian. 

Avec Krystian, l’ambiance n’est pas bonne. Demir est sévère avec ce gamin turbulent qui fugue, ne travaille pas bien à l’école et fume du cannabis. Un jour, Demir chasse Krystian, 14 ans, de chez lui. 

L’entente n’est pas bonne non plus entre Christina et Demir. La jeune femme se plaint auprès de la compagne de Krystian du comportement de Demir à son égard. Il l'aurait regardée, alors qu'elle prenait sa douche. 

" Il va manger "

Krystian l’invite à quitter la maison de Demir au plus vite. C’est décidé, le déménagement aura lieu le 7 juin 2018. Ce jour-là, Krystian invite deux copains à les accompagner à Châtelineau. Il s’agit de Jenathan Mol et de José Da Silva Da Costa. Krystian est remonté. Il annonce, dans un SMS envoyé à sa compagne, que Demir "va manger"

Il est 20 heures, le 7 juin, quand les services de secours sont avisés qu’un homme est mort à la place d’Arenberg. L’appel émane d’un jeune homme, fils de la victime. 

Demir Rusani n’est pas mort, mais il est sévèrement blessé à la tête. Demir Rusani est emmené à l’hôpital. Son pronostic vital est engagé. 

Des shoots à la tête 

Le fils de la victime, témoin des faits, est interrogé par la police. Il raconte que Krystian et Christina sont venus pour emporter les effets personnels de cette dernière, que Krystian a frappé son père et que deux hommes sont arrivés pour lui prêter main forte. Il y a eu de nombreux coups portés à la tête, comme des shoots. Lui et sa soeur ont également été frappés. Sa jumelle confirme cette version des faits. 

Krystian, Jenathan et José sont activement recherchés par la police. Ils sont interpellés le 9 juin à Soignies. Le juge d’instruction délivre mandats d’arrêts contre Krystian et Jenathan pour tentative de meurtre. Les faits sont requalifiés en meurtre le 18 décembre 2018, alors que Krystian et Jenathan sont sous surveillance électronique depuis le 9 octobre. 

Ils comparaissent libres

Le 21 août 2019, ils sont libérés sous conditions, qu’ils respectent tous les trois.

José est laissé en liberté, mais il est inculpé de coups portés envers les enfants de la victime, mineurs. La chambre des mises en accusation estime qu’il doit aussi répondre d’un meurtre, au moment du renvoi vers les assises. 

Le jury a été constitué vendredi dernier, il est constitué de huit femmes et de quatre hommes. 

Le procès a débuté ce mardi à 9h00. 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous