RTBFPasser au contenu
Rechercher

Athlétisme

Athlétisme : Thomas Carmoy, un Carolo toujours plus haut

15 août 2020 à 07:00 - mise à jour 16 août 2020 à 18:37Temps de lecture2 min
Par Pierre Deprez (avec Lise Burion)

Un jeune Carolo fait parler de lui depuis peu dans le petit monde de l’athlétisme belge, réuni ce week-end pour les championnats de Belgique. Thomas Carmoy (20 ans) pratique le saut en hauteur. Il est déjà champion d’Europe junior et champion de Belgique toutes catégories, a décroché une jolie médaille de bronze aux championnats du monde militaires, et le week-end dernier, il a effacé une barre à 2m27.

"Oui, je suis assez fier de ces médailles et résultats. Parce que je suis toujours Junior, et que c’est prometteur pour la suite".

Thomas est donc le N1 belge du saut en hauteur. Engagé à l’armée mais avec un statut ADEPS d’Espoir sportif international, le sport, c’est sa vie. Et sa passion, depuis longtemps. Mais Marc Muryn son coach de toujours (au C.R.A.C. Cercle Royal Athlétique de Charleroi) a parfois dû le ramener dans le droit chemin.

Thomas avoue, même s’il en rit aujourd’hui "A certains moments, à l’adolescence, il m’arrivait de brosser les entraînements parce que je n’avais pas envie. Marc me rappelait à l’ordre et m’encourageait. Mes parents aussi ont beaucoup été derrière moi. Je les remercie tous les trois, parce qu’aujourd’hui je fais des résultats, j’aime m’entraîner, et c’est devenu mon métier".

L’enthousiasme du jeune carolo n’a d’égal que sa détermination. La discipline est exigeante, ingrate parfois, mais son plaisir est évident. "Ce qui est plaisant en fait c’est d’acquérir et d’appliquer les techniques qui permettent de progresser, de gagner des centimètres. Ça c’est excitant".

Les JO dans le viseur, oui, mais lesquels ?

Avec une marque à 2m27 il y a une semaine, il est encore loin du record de Belgique d’Eddy Annys à 2m36. Mais sa progression est rapide et ses ambitions… sans limites. "Je ne me fixe plus de limite, ni d’objectif en termes de centimètres. Parce qu’un jour, on s’était fixé une barre bien précise, on en parlait sans cesse. Je ne l’ai pas atteinte, et ça a été très frustrant. Maintenant, on travaille, on sait qu’on veut progresser le plus possible, c’est tout".

Au départ, le rêve olympique concernait Paris 2024. Mais s’il réussit à plusieurs reprises des bonds à 2m30, Tokyo 2021 pourrait devenir un des objectifs de la saison de Thomas Carmoy. "Le report d’un an pour les Jeux au Japon m’ouvre des perspectives, même si Paris 2024 est plus raisonnable. Mais je viens d’approcher 2m30, et si j’y arrive à quelques reprises, je peux rêver de Tokyo."

Articles recommandés pour vous