Cuisine

Au fait, c'est quoi la différence entre un civet, une daube et un ragoût ?

Au fait, c'est quoi la différence entre un civet, une daube et un ragoût ?

© Photographie StephanieFrey/Getty Images

03 nov. 2022 à 13:30Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

La saison de la chasse a repris. Si le lièvre à la royale est de retour à la carte des restaurants, ce nouveau millésime annonce aussi le come-back des recettes mijotées plus faciles à reproduire à la maison : le civet, la daube, le ragoût ou encore la blanquette. Mais ces dénominations correspondent-elles vraiment aux mêmes recettes ?

Le civet, c'est plus qu'un ragoût !

Le civet, c'est plus qu'un ragoût !
Le civet, c'est plus qu'un ragoût ! © Alain Muriot

Des lardons, des croûtons frits, des champignons de Paris, du vin rouge... et surtout des petits oignons blancs ! Qu'il soit préparé avec de la viande de lapin ou de bœuf, le civet dévoile déjà dans son intitulé l'ingrédient principal. Son nom est dérivé du mot "cive", c'est-à-dire de l'oignon.

Si l'on se réfère à l'étymologie du mot "cive", quand on lui ajoute le suffixe "et", cela reviendrait à dire "aux petits oignons". On a longtemps cru que la base d'un civet était la liaison au sang, dans le même esprit que la recette du lièvre à la royale. Une "erreur historique" qui serait due au livre de cuisine de Madame Saint-Ange, paru en 1927, intitulé "La bonne cuisine" et qui soulignait l'indispensable présence d'hémoglobine dans la recette.

L'historien de la cuisine Patrick Rambourg révélait dans un ouvrage paru en 2000, titré "Le civet de lièvre - un gibier, une histoire, un plat mythique", que ce n'était pas la présence du sang qui faisait le plat mais bien l'oignon.

On y apprend d'ailleurs que le civet peut aussi être préparé à base de veau et même d'oeufs ou... d'huîtres !

Dans son dictionnaire universel de cuisine, Joseph Favre écrivait en 1905 : "Qu'ils appartiennent aux animaux de boucherie, à la volaille ou au gibier, les ragoûts ont toujours une sauce pour base, brune ou blanche et se servent seuls ou comme garniture d’autres mets".

Ces plats mijotés à base de mouton, de bœuf ou de veau, sont ainsi une catégorie générale de recettes qui imposent "seulement" qu'un morceau de viande soit cuit dans un liquide sapide. La clé du succès, ce n'est pas tant la présence d'un ingrédient en particulier mais bien du goût ! Le terme "ragoust" est utilisé depuis 1623 et étymologiquement, il se rattache au verbe "ragoûter", qui signifie "redonner du goût, remettre en appétit".

Et la daube ?

Et la daube ?
Et la daube ? © ALLEKO

Déçus devant un écran de cinéma ou de télévision, on s'est tous un jour exclamé en lançant "Mais, c'était une vraie daube !". L'usage du lexique culinaire pour résumer un projet cinématographique serait le fait de l'usage d'un argot lyonnais pour dire qu'un fruit ou une viande est gâté. Avant d'être un mauvais film, une daube est donc bien une recette, de bœuf le plus souvent, et parfois à base de taureau en pays camarguais, où on l'appelle gardianne.

L'intitulé souffle non seulement le contenu de base de la préparation mais aussi son origine géographique. La daube est en effet provençale. Aujourd'hui composée de sauce tomate, de vin rouge, de poitrine fumée, d'oignons nouveaux, la daube était au XIXe siècle un plat mijoté servi aux ancêtres des routiers qui participaient au transport des marchandises alimentaires dans les régions de Marseille et d'Aix-en-Provence. A l'origine, le nom fait référence à une marinade qui permet d'attendrir de la viande. Il ne faut pas oublier l'existence de la variante niçoise, qui prévoit l'ajout de cèpes.

La blanquette, la meilleure recette anti-gaspi

La blanquette, la meilleure recette anti-gaspi.
La blanquette, la meilleure recette anti-gaspi. © margouillatphotos

A l'heure où le gaspillage alimentaire est une problématique majeure, une recette hautement traditionnelle du répertoire culinaire tricolore n'a jamais été aussi moderne qu'aujourd'hui, pour peu que l'on respecte ses origines. Au veau, à la dinde, à la poularde, la blanquette consiste surtout à accommoder les restes d'un rôti. Jadis servie en hors-d’œuvre, la blanquette intègre aussi l'idée d'une sauce blanche. A vos fourneaux !

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous