Regions Liège

Au feu les pompiers, il y a ma voiture électrique qui brûle ! Des incendies qui "pompent" beaucoup d'énergie... et beaucoup d'eau

© RTBF

C'est une réalité à laquelle les services de secours sont désormais confrontés: les incendies de véhicules électriques ou hybrides, des engins qui sont de plus en plus nombreux sur nos routes. Et pour les pompiers, ce sont des interventions bien plus complexes, gourmandes en eau et polluantes qu'il n'y parait.

Il y a quelques jours, à Flémalle, les pompiers de Liège ont ainsi dû lutter pendant 3 heures alors qu'une telle intervention prend au maximum une demi-heure pour un véhicule traditionnel. Il a fallu vider une autopompe, appeler en renfort un camion citerne, et comme ça ne suffisait toujours pas, il a aussi fallu qu'ils se raccordent à une borne d'incendie. "Les interventions sur des incendies de véhicules électriques ou hybrides prennent effectivement bien plus de temps que celles sur les véhicules conventionnels et il faut utiliser plus d'eau car le feu est plus intense", confirme le major Sébastien Babette, des pompiers de Liège. Et si les batteries des véhicules ont été échauffées mais n'ont pas brûlé, il faut être encore plus vigilant. "Il est déjà arrivé qu'un véhicule complètement éteint reprenne feu plusieurs heures plus tard. Actuellement, les deux options qu'on a, c'est d'entreposer le véhicule dans une zone isolée et de surveiller toute reprise de feu ou de l'immerger dans un conteneur rempli d'eau pendant 24 heures". Toutes les zones de secours ne disposent cependant pas de tels conteneurs et le système à ses limites et inconvénients: "Il faudrait du matériel en suffisance car vu l'augmentation du nombre de véhicules de ce type, on n'aura pas toujours à gérer qu'un incendie à la fois. Et puis en terme de dimensionnement, on ne pourra jamais mettre un bus hybride ou un tram dans un conteneur! Il y a aussi la problématique de la gestion des eaux d'extinction. Elles sont polluées car elles ont été mises en contact avec les batteries et le conteneur. Elles ne peuvent donc pas être rejetées dans la nature et doivent être traitées".   

Bref, les véhicules électriques ou hybrides en cas d'incendie, c'est très énergivore pour les pompiers et pas très écologique. Ils seront pourtant de plus en plus nombreux à l'avenir puisque la vente de véhicules thermiques sera interdite dans l'Union européenne d'ici 2035.

Sur le même thème : Extrait JT (24/06/2022)

Voiture électrique/Pourquoi les entreprises investissent

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Feux de forêt en Grèce : se battant contre un incendie à Samos, un hélicoptère s’écrase en mer Egée

Monde

Articles recommandés pour vous