RTBFPasser au contenu
Rechercher

Tempo

Au pays des rêves et des contes de Ravel : Jean-François Zygel donne les clefs de "Ma Mère l’Oye"

15 févr. 2022 à 12:45Temps de lecture1 min
Par Tempo Classique

Jean-François Zygel nous donne les Clefs du Jardin Féérique de "Ma Mère l’Oye" et nous emmène au pays de l’enfance et des contes tel que l’imaginait Maurice Ravel.

Dans Ma Mère l’Oye de Ravel, on croise tour à tour la Belle au bois dormant, le petit Poucet, et toutes les créatures des forêts enchantées…

"Ma Mère l’Oye" est une œuvre qui va connaître plusieurs états. En 1908, Maurice Ravel compose cinq petites pièces pour piano intitulées "Ma mère l’Oye", écrites à l’intention de deux enfants : Mimie et Jean Godeski. Les deux enfants créent l’œuvre à quatre mains à la Salle Gaveau.

L’œuvre rencontre auprès du public un tel succès que Ravel entreprend de l’orchestrer et présente une version pour orchestre le 20 avril 1910.

Plus tard, à la demande d’un directeur de théâtre des arts, il décide d’en faire un ballet bien que la pièce ne présente aucune analogie avec une musique chorégraphique ou même scénique. "Ma mère l’Oye" s’enrichit alors d’épisodes supplémentaires en étant précédée d’un prélude et d’une "danse du rouet", puis entrecoupée d’interludes. Ces modifications permettent de présenter l’œuvre sous forme de ballet costumé le 21 janvier 1912.

Ravel est un formidable orchestrateur, il va faire d’un modeste recueil de pièces pour piano un éblouissant kaléidoscope orchestral.

Du quatre mains à la version pour orchestre, Jean-François Zygel nous donne les Clefs d’une œuvre pleine des parfums du rêve et de l’enfance. Pas une enfance idéalisée, mais un monde musical où se croise aussi rêve et cauchemar, mais comme il le dit "la magie blanche de la musique peut nous consoler de toutes les magies noires".

Un programme conçu par Jean-François Zygel

Avec la collaboration de Théo Friconneau

Enregistré sans public en février 2021 à l’auditorium de Radio France.

Avec l’Orchestre philharmonique de Radio France dirigé par Fabien Gabel

Violon solo : Virginie Buscail

Réalisation : Jean-Pierre Loisil

Sur le même sujet

Il y a 90 ans, le Boléro résonnait dans la ville de Lviv

Journal du classique

Articles recommandés pour vous